Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » The Bianca Story

The Bianca Story

Digger

Label: Motor Entertainment / Irascible

POP - Achtung, le collectif The Bianca Story est de retour avec de nouveaux projets complètement oufs ! Entre autre ils sortent un LP intitulé « DIGGER ». Au menu, on trouve une pop dynamique toujours aussi dégantée et inspirée.

Elia Rediger, le frontman du groupe à troqué sa fraise de dentiste contre une pioche. Il a également outillé tout le groupe dans le but de creuser une galerie de 90 000 mètres au pied du Cervin. But de l'opération : rendre la musique libre pour tout le monde ! Le projet du groupe était donc de financer son album par les internautes, une pratique devenue courante qui porte régulièrement ses fruits. Avec un peu plus de chf 100'000.- récolté DIGGER a pu être "offert" en libre téléchargement sur leur site.

Ceci dit, il ne faut pas oublier que The Bianca Story font surtout de la très bonne musique. Lords of Rock avait déjà longuement parlé d'eux pour la sortie de COMING HOME, l'année passée. Alors si vous trouvez que cette chronique n'est pas assez détaillée, allez relire celle de l'année passée et amusez-vous à corriger les fautes d’orthographe. Si vous avez aimé COMING HOME, et bien vous allez adorer DIGGER.
Ça commence en douceur avec "Crescendo" et ça devient tout de suite plus rythmé avec "Glück Macht Einsam". Rassurez-vous tout de suite, il n'y a que le titre qui est en allemand. Bon, je ne vais pas décrire toute les chansons, ça risque d'être un poil ennuyeux. Il faut juste souligner qu'Anna Waibel chante d'avantage que sur l'album précédent : et quelle voix ! L'atmosphère générale et aussi moins dense que sur le précédent album car il n'y a plus d'orchestre symphonique. Du coup notre cerveau s'en trouve moins saturé, ce qui n'est pas un mal.

Mais rassurez-vous, l'ensemble de l'album donne le sourire. Seulement trois chansons successives sont un peu plus calmes, sérieuses, intense et mélancolique vers la fin de l'opus. Puis ce chef d’œuvre musical se termine joyeusement. Je veux encore juste rappeler que The Bianca Story  sur scène, ça vaut le détour


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page