vendredi , 20 juillet 2018
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » The Animen – Interview décalé pour un groupe à ne pas louper

The Animen – Interview décalé pour un groupe à ne pas louper


Interview réalisé dans le cadre du Paléo Festival, Nyon (CH), le 26 juillet 2013

INTERVIEW - Depuis le début de l'année, un son vintage mais pas trop, punchy et accrocheur déferle sur la Suisse romande. Ça rugit et ça roucoule, ça ronronne mais ça aboie quand même! Cette musique, c'est celle de The Animen. Leur premier album HI! cartonne et les envoies silloner les scènes du pays. Nous avons eu la chance de rencontrer Sam Pinget (guitare/basse) et Théo Wizer (guitare/chant) à Paléo pour un interview un peu décalé.

Lords of Rock: Un première question que se pose la terre entière: il est à qui ce beau sourire sur la pochette de votre album?

Théo Wizer: Il est à notre magnifique bassiste, Robin, qu'on a trouvé dans une poubelle. Y'avait un petit chat et un bassiste, on a choisit le bassiste. On a choisi de le mettre sur la pochette parce qu'il le mérite. Il est beau hein?

C'est vrai. Comme The Animen c'est mi-homme, mi-animal, j'aimerais bien savoir quels animaux se cachent sous votre apparence humaine?

Théo Wizer : Bonne question! Quand je chante, c'est sous ma forme humaine mais quand je nage, je ressemble plutôt à une loutre.

Sam Pinget : Personnellement, j'ai un côté un peu canin, je serais un bouldogue anglais.

Revenons à votre musique. Quand on l'écoute, on sent plein de bonnes vielles sonorités sans pouvoir mettre le doigt dessus. Vous n'échaperrez donc pas à la question des influences.

Théo Wizer : Il y en a beaucoup. On a été bercé par de nombreux styles de musiques, on est des amoureux de musique. On écoute tous des trucs différents, après c'est en jouant que les genres se sont mélangés, les goûts se sont affirmés.

Sam Pinget :On en a aussi plus marre de certaines choses, envie de faire des trucs un peu différents. Même si notre prochain album sera pas mal influencé par Beyoncé et Lady Gaga, qu'on écoute beaucoup trop ces temps 😉

Ce premier album, HI! qui cartonne, ça donne quel sentiment, plutôt "A nous la scène" ou "Quel stress, pourra-t-on faire mieux"?

Sam Pinget : C'est clairement "A nous la scène". On ne se met aucune pression pour un éventuel deuxième. Jusqu'à maintenant, on a continuer à faire ce qu'on a toujours fait: aller au local, jouer ensemble et voilà! Quand on a de la nouveauté, on y va, on teste et quand il n'y en a pas, on fait autre chose.

Théo Wizer : Mais bon, c'est vrai qu'on se la pète quand même un peu plus en allant faire nos courses! Même si c'est Robin qui est le plus célèbre! Il doit porter une moustache pour être incognito, les lunettes pour le sourire, ça ne sert à rien!

Sur scène, qu'est-ce que vous voulez faire passer comme émotions?

Sam Pinget : Le but s'est clairement de danser, de passer un bon moment. Après les gens  interprètent un peu notre musique comme ils veulent. Ceux qui ont envie de réfléchir, le font.

Les textes de vos chansons aussi passent du sérieux au moins sérieux, il y en a des plus légers que d'autres.

Théo Wizer : Ah bon, quel morceau tu ne trouves pas sérieux? Je suis vexé là! Nos textes sont sérieux, tu ne trouves pas? Notre but ce n'est pas de parler des inégalités dans le monde. On prend très sérieusement la dérision. Si tu prends par exemple "A 16 smokin'gun", c'est très sérieux. C'est quelqu'un qui tombe amoureux d'une fille de 16 ans. Ici, c'est légal mais il y a plein de pays où ça ne l'est pas, comme aux Etats-Unis. D'ailleurs, on reçoit chaque jour des tonnes de lettres de détenus américains qui trouvent dans notre musique un soutien, qui se reconnaissent dans nos paroles! Alors le texte peut paraître léger mais il ne l'est pas.

Parlons justement de la façon dont vous composez. Cette année, vous avez pas mal tourné. Festival, salles, est-ce que vous composez en route?

Théo Wizer : Non, je préfère être peinard dans une chambre.

Sam Pinget : Jusqu'à maintenant, on n'a pas composé au local. On vient avec une idée bien précise, jusqu'à maintenant, c'était surtout Théo, et on essaie, on teste.

(La discussion se poursuit entre Théo Wizer et Sam Pinget sur les meilleurs endroits pour composer mais, pour le respect de nos jeunes lecteurs, rien n'en filtrera!)

Belle complicité, ça fait combien de temps que vous vous connaissez?

Théo Wizer : Plus de 10 ans pour certains.

C'est votre premier groupe?

Théo Wizer : Sam a eu une carrière fantastique mais fulgurante comme une comète mais en plein jour, personne ne l'a vu!

Avec quels groupes aimeriez-vous bien partager l'affiche?

Théo Wizer : Facile: Sérieusement Scarlett Johnason et moins sérieusement Jimi Hendrix!

Et bien, on leur souhaite de poursuivre sur cette voie pour aller siroter des verres avec Scarlet en backstage, avec Jimi, ça va être plus dur!

A voir samedi 24 août au Pully For Noise!


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page