lundi , 17 décembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Raphael Saadiq

Archives des mots-clés : Raphael Saadiq

Souscrire au flux

Référendum 2011

  Eléonore Payro: Groupe de l’année : Arcade Fire. Un troisième album sorti certes en 2010, mais couronné d'un grammy en février dernier, un court métrage primé, et une tournée extraordinaire, ... Lire la suite »

Montreux Jazz Festival, première semaine!

Montreux, je ne t’aime pas. Montreux, je ne t’aime en fait que 2 semaines par année. Tu sais, Vevey est bien plus jolie, moins huppée, plus prolo et donc moins énervante. Et à côté de toi, même Lausanne passe pour être une ville active. Mais toi, Montreux, tu sais mieux que quiconque t’entourer. Montreux, tu as su te doter sans grand frais d’un joli patronyme, Jazz, et d’une résonnance à nulle autre pareille en Suisse. Tu prêtes ton cadre enchanteur à une équipe de petites fourmis inépuisables, qui font de toi chaque année, sans exception, la place la plus chère à de tout un pays. Et le lieu le plus cher aussi. Mais passons… A passé 40 ans, ton festival a bien évolué mais res Lire la suite »

Raphael Saadiq

Who do they think we are ? Non contents de décérébrer nos djeuns avec du R'n'B produit à la presse hydraulique, voilà que certaines maison de disques nous refont le coup du " Le nouveau Bonux lave plus blanc " ! Ah bon ? Parce que l'ancien Bonux à savoir ici Motown et Stax, n'était pas aussi efficace ? De qui se moque Raphael Saadiq ? Ben de nous tiens ! Autrefois, on utilisait l'expression " dans le vent " pour quelqu'un qui était " à la mode " mais aussi pour quelqu'un qui se faisait avoir. Nous sommes dans ce cas précis, l'homme allant jusqu'à copier les pas de danse et les costumes slims fit de nos chers soulmen disparus. Hérésie que de simplement comparer cet album aux plus grands hits des années Motown, Stax et Atlantic ! Berry Gordy conçu Motown selon son passé d'ouvrier automobile : produire des tubes à la chaine tel que fut son métier d'assembleur mécanique à Détroit. Ok, tous les hits n'étaient pas du standing d'"I Heard It Through The Grapevine" de Marvin Gaye ou de "Ain't Mountain High Enough" des Supremes mais les groupes Stax ou Motown qui n'ont pas marqué l'inconscient collectif produisaient déjà une meilleure musique que ce WAY I SEE IT. Ce disque peut faire illusion chez les bobos, les parents qui ont arrêtés toutes activités culturelles à la naissance du premier ( qui a dit des millions ? ) et tout autres incultes musicaux ou, indulgence oblige, chez les ados. Pour paraphraser Danny Glover et même si je suis bien loin d'avoir son âge : " Je suis trop vieux pour ces conneries ! " Bien à vous. Lire la suite »

Revenir en haut de la page