dimanche , 25 février 2024

Tag Archives: Jay Reatard

Deerhunter

Gagnant rapidement ses gallons de groupe culte, Deerhunter poursuit ses croquis d'un rock sans véritable destination, entre noise, ambiant et psychédélique. Après l'excellent Microcastle, le quatuor explore d'autres pistes et semble encore meilleur. Chronique.

lire...

Harlem

Fans de garage rock, réjouissez-vous! Pour bien finir ce mois frisquet, on vous propose ce soir, oui ce soir, un petit détour dans la toujours très sympathique Brasserie du Château de Lausanne

lire...

Merde, Jay Reatard est mort!

Certains dormaient déjà pendant que Jimmy Lee Lindsey Jr. s'en allait, restant pour toujours ce sale gamin un peu trop bon pour être compris de tous. Grand dommage.

lire...

2009

Traversons l’Atlantique pour cette seconde partie du bilan 2009, et allons voir ce qui s’est passé du côté de chez ce bon vieil Oncle Sam. Eh bien si l’album de …

lire...

2009 dans le rétro

Lords of Rock se penche sur l'année écoulée et ressort ses chroniques des meilleurs albums, interviews et concerts.

lire...

Jay Reatard

Deuxième véritable album solo pour l'as des as du punk dernière génération, le bientôt cultissime Jay Reatard. Au programme: des hymnes punks à la pelle.

lire...

Animal Collective

Quel grand album. Après l’acclamé Strawberry Jam sorti en 2007 chez Domino (distr. Musikvertrieb), Animal Collective n’en finissent pas d’étonner et de détonner dans le rock indé. Constitué de membres à surnoms autant improbables que la pochette de ce nouvel album Merriweather Post Pavilion – emprunté à l’artiste Japonais Akiyoshi Kitaoka – à savoir Avey Tare (alias David Porter), Panda Bear (Noah Lennox), Deakin (Josh Dibb) et Geologist (Brian Weitz), le quartette regroupe une belle brochette de freaks amis d’enfance. Si leur compatriote Jay Reatard synchronise cinquante ans de rock alternatifs, les New-Yorkais font s’enchevêtrer ici folk psyché, pop expérimentale à la Hot Chip ou TV On The Radio, ou encore electronica étincellante.

lire...

Jay Reatard

Se baigner avec ses vinyles. Non pas sa collection de vinyles, mais bien sa production annuelle de galettes. Vous ne comprenez pas ? Normal, l’homme responsable de ce méfait a le bonheur de se faire appeler Jay Reatard. Malgré nos prospections, des pépites échappent au plus grand monde. Cet album est de celles-ci. Avec Matador Singles ’08, il nous impose une séance rattrapage sous l’égide dudit sacré label Matardor. La règle était simple : un single par mois. Tout simplement. A l’ancienne ?

lire...