vendredi , 16 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Finlande

Archives des mots-clés : Finlande

Souscrire au flux

TV Smith

Comment ne pas tomber sous le charme de ces bouquins qui se dévorent comme des petites bières au déjeuner.... TV Smith, Getting There : Punk rock tour diaries (1997-2000), TV Smith, How to feel human : Punk rock tour diaries : Volume two (2001-2005) Lire la suite »

Holmes

Qui dit folk mélancolique dit album très calme et très reposant. Et je confirme. Très proche d’un album que j’avais chroniqué précédemment, celui de Maris, mes critiques à l’égard de ce disque sont quasiment les mêmes que celui du groupe suisse. Pour ceux qui ont raté la première leçon je recommence, mais prenez des notes ! L’ambiance mélancolique est bien là, par un coté calme, vaguement triste sans pour autant aller dans les extrêmes. L’écriture de chaque titre est assez simple mais maîtrisée, l’arrangement sympathique mais très classique, avec, chose qui n’est pas exceptionnelle mais notable ici, la présence d’un accordéon. Chaque titre indépendamment est bien réussi, mais, comme pour le disque de Maris, c’est à la longue que ca se gâte ! En effet, si certains titres plus énergiques, comme "The Strangest Calm", varient vaguement l’ambiance générale du disque, on reste quand même dans un album très uni, qui en devient un peu répétitif. Trop de titres calmes s’enchainent. C’est dommage, parce que les titres ne sont pas mauvais, bien interprétés, mais hélas, quand il y en a trop du même genre, on n’apprécie plus, au contraire. C’est comme se gaver tout les jours d’un très bon dessert. On n’apprécie plus. La variante, c'est-à-dire les titres plus rapides, se font trop rares pour donner du relief. Lire la suite »

Cats On Fire

La première chose qui frappe à l’écoute et à la vue de Our Temperance Movement, deuxième et nouveau disque des finlandais de Cats on fire, c’est la terrible impression qu’à force de vouloir trop bien faire, on perd de son originalité et de sa force de frappe. Mais on ne pourra pas leur reprocher de ne pas nous avoir prévenu : « tempérance » est le qualificatif idéal pour décrire l’ambiance de ces dix titres. Et ça commence par la voix de leur leader, Mattias Björkas, qui se révèle assez pauvre à l’écoute et dont l’interprétation qu’il donne de ses textes, pourtant plein d’humour et finement écrits, ne convainc pas entièrement. Musicalement, rien de très neuf dans le monde de la pop rassurante, mais quelques titres sont un peu plus efficaces, comme le single Tears in your cup ou Garden lights. Au final, malgré (ou à cause) de belles compositions bien orchestrées, l’ensemble reste une déception puisque, hormis de trop rares sursauts au milieu du disque, l’entiérté brille par son manque d’énergie et de singularité. Dommage. Et si la Finlande a pu engendrer Aki Kaurismäki, on ne perd pas espoir que les Cats on fire se rebiffent et nous surprennent une prochaine fois. Lire la suite »

Lordi

Rappelez-vous de ce fameux concours de l'Eurovision 2006. Ce concours récompensant en général des ballades niaises de chanteurs venus des pays de l'Est avait révélé un groupe « atypique », Lordi avec son hymne parfaitement kitsch et hardrock des 80's "Hardrock Hallelujah". Atypique oui, car les membres du groupe sont tout simplement, souvenez-vous, déguisés en infâmes monstres. Si le groupe avait choqué l'église, vos grands-parents et surtout Michel Drucker qui avait tout de même déclaré: « Éloignez les enfants du poste, ils vont faire des cauchemars. J'imaginais pas les Lapons comme ça. Ils seront au zoo de Vincennes à la rentrée. » ou encore « Ce show fabuleux qui va être remporté par ... du hardrock. (rires) Je vais le faire écouter à ma chienne, qui va devenir dingue », ils avaient surtout fait rire et fait plaisir à tous les fans de rock. Même si la qualité de leur musique reste anecdotique, leur victoire dans une émission réservée à la variouse douteuse avait soulevé une vague d'enthousiaste et de curiosité autour de ce groupe scandinave. Mené par le grand méchant M. Lordi, le groupe qui mêle avec subtilité les films d'horreur et le concept de Kiss en est déjà à son cinquième album avec DEADACHE. Car, oui Lordi, c'est un groupe de hardrock et pas juste une blague montée pour remporter l'Eurovision (ah bon?). Après, la question qui peut nous venir à l'esprit est sans doute: était-ce vraiment un choix judicieux de continuer à faire de la musique? Lire la suite »

Revenir en haut de la page