lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Europe (page 9)

Archives des mots-clés : Europe

Souscrire au flux

Wilco

C’est triste à dire mais Wilco est l’un des secrets les mieux gardés du rock de ces vingt dernières années. Pourtant ce n’est pas le succès qui leur manque chez eux aux Etats-Unis où ce nouvel album, leur septième, sorti là-bas au tout début de l’été, est rentré directement à la quatrième place des charts. Ce n’est sûrement pas non plus le talent qui leur fait défaut, n’importe quel ado des années 90 (ou 2000) ayant passé des après-midi entiers à écouter ces formidables chefs-d’œuvre que sont (notamment) BEING THERE (1996) et SUMMERTEETH (1999) peut en témoigner. Alors quoi, que manque-t-il à Wilco pour devenir une référence absolue et incontestable du rock actuel ? Le glamour ? Les sorties en boîte avec des top modèles ? Les pseudo-scandales organisés par l’attachée de presse pour le plus grand bonheur des tabloïds ? Les virements bancaires pour pouvoir faire la couv’ du NME ou de Rock&Folk ? Allez savoir… Lire la suite »

The Jayhawks

Tout au long de leur carrière (grosso modo 1987-2004), les Jayhawks ont été une incongruité totale. C’est ce qui a toujours fait à la fois leur charme (sur le plan artistique) et leur malheur (commercialement parlant). Mais il faut dire que débarquer fin 1992 (leur premier album, BLUE EARTH, paru en 89, était passé totalement inaperçu), au moment où l’Amérique toute entière pogotait au son de Nirvana, de Pearl Jam ou de Soundgarden, avec un album de country-folk-rock (HOLLYWOOD TOWN HALL) rempli de mélodies sublimes et d’harmonies gorgées de soleil n’était définitivement pas le moyen rêvé pour parvenir à vendre des disques chez l’Oncle Sam. Dommage…Les Jayhawks se sont formés au milieu des années 80 sous la forme d’un trio mené par un leader-songwriter-chanteur-guitariste nommé Mark Olson. Lors d’un de leurs tout premiers concerts, l’un des rares spectateurs présents dans la salle se présente à eux : il se nomme Gary Louris, il est lui-même aussi chanteur et guitariste. Le trio finit par l’engager en tant que quatrième membre. Le groupe ainsi constitué compose, tourne, enregistre un disque qu’il fait presser lui-même à quelques milliers d’exemplaires seulement (disque totalement introuvable aujourd’hui) et sort son premier vrai album, BLUE EARTH, en 89. Ce premier album propose une musique très folk, très country, très roots, encore très marquée par ses influences (Gram Parsons, Neil Young, The Byrds, etc) comme on peut le constater sur les deux extraits proposés sur cette compilation nommée MUSIC FROM THE NORTH COUNTRY (parmi lesquels « Two Angels » qui sera retravaillé sur l’album suivant). Lire la suite »

Florence And The Machine

Florence And The Machine n'a rien d'emo comme pourrait le suggérer la pochette de l'album. Elle ne fait non plus pas dans la métallurgie. Elle vient juste de sortir le disque euphorique de l'année. Lire la suite »

Mama Rosin

Interview de Mama Rosin dans leur loge derrière la scène du Détour. En présence de Robin l’ébouriffé et Vanina la batteuse. Ce groupe Genevois au futur très prometteur nous fait quelques révélations. Lire la suite »

The Dodos

Groupe indé américain, auteur l’an dernier d’un excellent disque, VISITER, quasi-unanimement encensé par la critique, The Dodos s’apprête à sortir un nouvel album, TIME TO DIE. Si le CD ne ... Lire la suite »

Expatriate

On a souvent parlé du rock indie en ces lignes, parfois pour en dire du bien, parfois du mal. A tort ou à raison jugeront certains. Cette fois-ci nous décidons d’en dire du bien, ce qui plaira à ceux d’entre vous qui vont entrer en 1ère année d’école d’art. Ici et parce que le lectorat aime la comparaison facile, Expatriate fait penser à The Appleseed Cast. Forte personnalité à l’appui, les quatre Australiens sont passé par cette bonne vieille Europe et par les routes US et leur musique s’en ressent : ils savent ce qu’ils font et où ils vont. HOME est un EP 4 titres haut en couleurs. Il y a d’abord "Gotta Get Home". On est tout de suite transporté dans un pays imaginaire, des landes, le vide, le désert, des collines rugueuses comme à l’intérieur de la pochette, et tout ceci à toute vitesse, comme un film super 8, à l’apparence rugueuse lui-aussi, passé en accéléré. Mais l’auditeur est bercé, il voyage, son cœur est balancé par une rythmique quasiment constante. "Blackbird" illustre probablement le mieux la pochette: des collines de soie (probablement un drapeau?) car le contenant, éphémère, glisse délicatement sur nos tympans tandis que le contenu fait penser à l’intérieur de la pochette, mentionné plus haut : construit de guitares tranchantes, acérées, d’une frappe sûre d’elle, la basse ne fait pas que construire le rythme et poser les bases, c’est un instrument de mélodie. Et bien téméraire qui s’aventure à contrer toute cette énergie. Il y a un côté doucement Lire la suite »

Noisettes en interview

Noisettes n'est pas qu'un single, l'entêtant “Don’t Upset The Rythm. Noisettes n'est non plus un groupe prétexte à mettre en avant Shingai Shoniwa, la chanteuse atomique. Non, Noisettes un un groupe, un trio pour être plus précis, et excelle dans l'éclectisme. Rencotre avec Jamie Morrison, batteur du groupe. Lire la suite »

Cursive

Pas très connu en Europe, les américains de Cursive sont pourtant un groupe qui connaît un certain succès outre-Atlantique et qui roulent leur bosse depuis bientôt quinze ans. Au fil des années, les albums convainquent et la réputation de Cursive n’est plus à faire. La voix assez haute et si particulière de Tim Krasher reste un atout pour le groupe. Toujours dans un registre indie rock, Cursive poursuit son chemin et revient cette année avec MAMA I’M SWOLLEN. Un peu moins incisif et rapide que les albums précédents, cet opus a de quoi divertir vos longues soirées d’été. L’entrée en matière est d’ailleurs très dynamique avec trois titres qui sont de grandes qualités ("In the Now", "From the Hips" et "I’Couldn’t Love You"). On passe ensuite dans le ventre mou de l’album avec quelques morceaux plus calmes, plus lents, plus difficiles à s’approprier. En toute fin, on trouve deux titres intéressants avec "Mama I’m Swollen", titre éponyme de l’album et "What I Have Done Lire la suite »

Passion Pit en interview

Peu avant un showcase finalement annulé, Lords of Rock a rencontré le batteur du groupe, Nate Donmoyer. Quelques heures plus tard, les New-Yorkais se rattraperont dans un Jazz Café rempli et satisfaits de voir cette pointure du moment de si près. Lire la suite »

OK

Auto-proclamés groupe new wave, comparés par une presse anglaise toujours aussi prompte aux raccourcis aux Strokes et à LCD Soudsystem (comme si ces deux formations avaient quoi que ce soit ... Lire la suite »

Revenir en haut de la page