jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Archives des mots-clés : Bob Dylan (page 2)

Archives des mots-clés : Bob Dylan

Souscrire au flux

Blitzen Trapper

Il y a un peu plus d’un an, nous vous présentions un EP 7 titres de Blitzen Trapper (BLACK RIVER KILLER) et nous étions déçu que cela s’arrête seulement après 18 minutes. 13 mois plus tard nous voilà donc heureux de pouvoir écouter le long format car le résultat de ce dernier opus est plus que satisfaisant. Les Américains ont même réussi à corriger certains points (son du synthé) pour que DESTROYER OF THE VOID fasse partie des bons disques de cette nouvelle vague folk qui envahit la planète. Nouvelle vague certes, mais l’influence du passé est toujours évidente. Comment ne pas penser à Neil Young ou Bob Dylan lorsqu’on entend "The Man Who Would Speak True" ou "The Tailor" ? Les légendes de la folk ne peuvent qu’adhérer au groupe de Portland. Car malgré ses influences passées, il y a un vent de fraîcheur et de nouveauté qui souffle sur cet album. Lire la suite »

Musée Mécanique: modernistes

Le fantôme du musée, nous l’avons trouvé ! Dans son intimité, dans un folk américain classique, il se présente à nous par l’intermédiaire de deux jeunes auteurs compositeurs interprètes californiens. Un univers enchanteur, doux, rêveur, nostalgique, mais avant tout musical ! Lire la suite »

Strange Boys

4 EP et un album sorti en 2009 plus tard, The Strange Boys semblent seulement maintenant se voir reconnaître leur énorme talent. Ces proches des Black Lips, King Khan ou du regretté Jay Reatard tourneront ce printemps avec les indispensables Spoon et Deerhunter. Enfin une occasion de voir ces hommes étranges venir visiter nos contrées ? Lire la suite »

Bob Dylan

Bob Dylan chante Noël… Dur dur de s’attaquer au répertoire dit « traditionnel » des chants de Noël déjà largement massacré chaque année et ce depuis des décennies par une tonne d’interprètes pour la plupart américain car ne nous mentons pas, il s’agit bien du marché US qui est ici concerné. Mais alors Bob Dylan chantant des hymnes de Noël… Il a bien du se marrer en studio en imaginant ses ventripotents fellows americans déambuler dans les centres commerciaux au son de ses chansons enneigées ! Honnêtement, impossible de prendre une seule seconde ce projet au sérieux tant les interprétations prêtent à rire. Lire la suite »

Castanets

Ce n’est pas faute d’avoir essayé, mais après une multitude d’écoutes, il n’y a pas eu ce petit quelque chose qui m’a fait dire « Ha ça c’est cool » ou encore « Whaouu, c’est bon ce passage ». Je parle du 5ème album des Castanets TEXAS ROSE, THE THAW & THE BEASTS. C’est peut-être la noirceur qui se dégage de l’album qui ne m’a pas emballé. Ce côté mélancolique à mourir qui est présent du début à la fin ou la voix nasillarde de Raymond Raposa qui ne donne pas vraiment la pêche. En tout cas il y a quelque chose qui ne passe pas et qui laisse une drôle d’impression. Pourtant la réputation de Raposa est plus qu’excellente et les disques des Castanets obtiennent généralement la faveur des médias. Ils ne sont pas non plus très médiatisés, certes, mais je n’ai pas vu quelqu’un critiquer sa musique ou dire du mal de cher Monsieur. Je me sens du coup un peu seul au monde et presque mal à l’aise en disant « cet album ne m’a pas touché » Lire la suite »

Leonard Cohen

Pour ce nouvel épisode de Déchronologie, voici le Greatest Hits de Leonard Cohen, qu'on ne présente plus. Notre érudit Crocodile Duffy dissèque cet objet, version actualisée du Best Of sorti 24 ans auparavant... Lire la suite »

George Harrison

Retour de la rubrique Déchronologie après les principaux festivals de l'été. A l'honneur cette fois-ci, une nouvelle compilation qui suscite le débat: LET IT ROLL de George Harrison, recueil imparfait de dix-neuf morceaux. Lire la suite »

Magnolia Electric Co.

Il y a du vécu dans cette musique et dans cette voix. Magnolia Electric Co. est le groupe. Jason Molina la voix. JOSEPHINE est le troisième album d’une troupe portée autour de ce folkeux avec lequel il n’est pas vraiment facile de s’y retrouver. Jason Molina, de Lorain, Ohio, a d’abord été bassiste dans des groupes de heavy metal avant d’entamer une carrière solo. En 1996, il fonde Song : Ohia, groupe à taille variable autour de lui-même et écrira sept albums en sept ans d’activité. En 2000, Song : Ohia sortira pas moins de trois disques dans la même année ! Très rapidement, Molina sera fidèle au label Secretly Canadian (Antony and the Johnsons, Foreign Born, I Love You But I've Chosen Darkness et encore d’autres groupes merveilleusement indie). Il collaborera aussi de nombreuses fois avec l’infatigable producteur et, accessoirement, membre de Shellac, le grand Steve Albini (Nirvana, Pixies, Manic Street Preachers). Voilà pour la situation de Magnolia Electric Co. Petit historique indispensable, car le groupe gagne à être connu. Lire la suite »

Passion Pit en interview

Peu avant un showcase finalement annulé, Lords of Rock a rencontré le batteur du groupe, Nate Donmoyer. Quelques heures plus tard, les New-Yorkais se rattraperont dans un Jazz Café rempli et satisfaits de voir cette pointure du moment de si près. Lire la suite »

Revenir en haut de la page