dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Swiss Psych Fest, vendredi

Swiss Psych Fest, vendredi


L'Amalgame Club, Yverdon-les-Bains (CH), vendredi 8 mai 2015

REVIEW - Rappelons-le, le Swiss Psych Fest revendique son appartenance à un mouvement musical en pleine recrudescence depuis quelques années : le rock psyché. Sous la houlette de la Swiss Reverb Federation, une bande de bénévoles dévoués s’est échiné à organiser, le temps d’un week-end, le Swiss Psych Fest au sein des murs de l’Amalgame Club à Yverdon-les-Bains.

Si ce festival fait la part belle aux groupes suisses, il y a aussi quelques invités de marque étrangers. Cette année, pour cette 3e édition, il y a eu Gnod, White Hills, Gull et Koonda Holaa. On a relevé aussi la présence des Monsters du Révérend Beatman ! On a noté cette année une nouveauté : la gratuité de l’accès à la scène extérieure. Bonne initiative !

En ce premier soir, on a commencé avec Julian Sartorius qui nous a offert une prestation solo avec sa batterie pour un set  minimaliste au milieu de la salle intérieure : cela semble être une configuration qui plaît au musicien. Le soliste nous a montré son approche inédite de la batterie à la fois ludique et hautement technique.

Ensuite sur la scène extérieure jouait Schade (ch) : un duo complètement barré, assumant la casquette redneck, la moustache et le mulet, proposant un mélange rock techno-house très expérimental. Ce début de soirée très expérimental était plutôt élitiste même pour ce festival au contenu déjà très pointu.

Ensuite, Leon (ch) s’emparait de la scène intérieure. Etant à la base un duo drone-noise, les bassistes étaient venus accompagnés d’un batteur ainsi que d’un chanteur. Le résultat est un mélange électro-noise-métal très énergique ! Le travail à la voix rappelle le travail de Mike Patton. Furieux et chaotique, le set a ravi le fan de rock abrasif aux tendances math-rock ! Du très bon !

Il était déjà largement 23h00 passé lorsqu’un derviche ‘’pas tourneur’’ monta sur la scène extérieure ; il était temps de faire connaissance avec Koonda Holaa (sk). Avec son air de vieux gourou barbu tout droit sorti d’un Burning Man chargé en psychotropes, le guitariste nous a rempli les oreilles d’un rock stoner engagé généreux et très lourd en sous-entendus. Il y a chez lui ce côté artisanal et rude qu’on trouve chez ces artistes ayant tout lâché pour partir sur la route avec comme bagage une vieille guitare pourrie et très fatiguée. On notera aussi la reprise de ‘’Satan ! Your kingdom must come down’’. La ‘’sex, drugs and rock’n roll’’ attitude tient là un de ses évangélistes !

Pour clôturer la soirée, Gnod (uk) nous a fait osciller avec sa musique faite d’un mélange de krautrock, d’ambiant-sludge et de psych-drone  pour un set ‘’mélopéen’’ qui passe trop rapidement. A découvrir et à écouter d’urgence !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page