Vous êtes ici : Accueil » Slideshow Haut » Sub Pop, mon amour

Sub Pop, mon amour


Label: Sub Pop / Irascible

CHRONIQUES – Les sorties chez Sub Pop Records ont toujours eu une place importante chez Lords of Rock. Certains labels « coups de cœur » comme Rough Trade, Domino, Jagjaguwar et Hummus Records chez nous en Suisse sont souvent gage de qualité. Sub Pop a eu son heure de gloire dans les années 90 avec le grunge. Depuis le label a naturellement élargi son offre (avec du bon et du moins bon) et permis à de nombreux groupes de se faire un nom. On vous présente aujourd’hui 3 groupes signés chez le mythique label, dans 3 registres différents.

Groupe, pas tout à fait. Morgan Delt est le nom d’un songwriter californien qui nous propose avec PHASE ZERO son deuxième album. Le premier disque éponyme était passé plutôt inaperçu. 2016 sera à coup sûr l’année du musicien. En effet, sa notoriété est montée en flèche depuis la sortie de ce disque. Merci Sub Pop ? Peut-être, n’empêche que l’album a de nombreuses qualités et ça, Morgan le doit en grande partie à lui-même. Vous remarquerez que la pop psychédélique revient en force. Morgan Delt est peut-être le seul à aller au bout des choses. Ca ne plaira peut-être pas à tout le monde, mais la recherche artistique, l’expérimentation et surtout la vraie musique psychédélique sont à la base de son projet. Il utilise des effets, des réverbes, un son étouffé avec de l’écho et en plus il a une voix très flottante, hautement perchée qui donne un côté presque décalé à sa musique. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus accessible. Morgan Delt ne cherche pas à faire un tube, mais plutôt un concept album. On ne va donc pas mettre en avant tel ou tel titre. PHASE ZERO est à prendre dans son ensemble, c’est un disque non-conventionnel qui mérite qu’on en parle. Est-ce que vous aimerez ??

Si le grunge ou le rock indé fût l’essence même de « l’idéologie » Sub Pop, il est tout à fait naturel de retrouver un groupe comme LVL-UP. Ce quatuor New-Yorkais qu’on pourrait étiqueter de lo-fi suit la lignée des Pavement, Sebadoh et autres mythes qu’on aime tant. Ces jeunes garçons n’en sont pas à leur premier coup d’essai, RETURN TO LOVE est déjà la 3ème galette des galopins. Et il faut avouer, qu’on est plutôt content d’entendre ce son lo-fi, ces voix désinvoltes, ces compos qui n’entrent pas dans des cases ou des formats prédisposés. "Hidden Driver" en ouverture donne le ton saturé du disque. Une saturation qu’on retrouve sur plusieurs titres, même des plus calmes comme "She Sustains Us". Notre premier coup de cœur se porte sur "Spirit Was" en 4ème plage. Peut-être moins confus, ce titre plus conventionnel a un petit côté accrocheur qui n’est pas désagréable. Deuxième coup de cœur, le désinvolte "Cut From the Vine", une belle ballade déglinguée. LVL-UP possède toutes les qualités pour plaire à la nouvelle génération rock indé ainsi qu’aux plus anciens qui peinent parfois à sortir de leurs sentiers battus. Ce groupe est un bon compromis, la musique proposée est variée (Five Men on the Ridge), efficace et sincère. Une découverte ? Une confirmation ? Voyez ça comme vous le voulez.

Après la pop psyché et le rock indé, il est temps de passer au….. rap. Quoi du rap chez Lords of Rock, pire du rap chez Sub Pop ?? Quand on vous disait que le label avait élargi son catalogue d’artistes… Bref, le groupe en question s’appelle Clipping et leur deuxième album SPLENDOR & MISERY vient de sortir cet automne. Avec Clipping on ne parle pas de rap, mais plutôt d’experimental hip-hop. A l’écoute de cet album, c’est vrai que le côté expérimental se fait vite sentir. On aurait envie de parler d’atmosphères et non pas de titres. Il y aussi une recherche artistique qui pourrait nous faire penser à un concept-album. Les plages se succèdent sans vraiment qu’on s’en rende compte. Les musiciens cherchent à créer des tas d’ambiances et rajoutent beaucoup de sons, de bruits, de discours lointains. Le flow de paroles n’est pas constant, il y a des interludes et des passages qui pourraient figurer dans des BO de films. Il y a aussi une touche gospel (Story) qui apparaît à plusieurs moments. Soyons honnêtes, nous sommes d’avantage qualifiés pour parler rock, mais même avec une ouverture d’esprit assez large, il n’est pas aisé de rentrer dans l’univers de cet album. Sub Pop, on préfère quand tu nous balances du bon vieux grunge poisseux ou de la pop barrée. On t'embrasse, à bientôt !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page