mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Stuck In The Sound

Stuck In The Sound

Pursuit

Label: Discograph / Disques Office

INDIE-ROCK - Voila un des disques les plus attendus en ce début d’année. Pour leurs dix ans d’existence, les quatre garçons de Stuck In The Sound viennent de sortir PURSUIT, leur troisième opus.

Arno, Emmanuel, François et José, ces quatre prénoms représentent à eux seuls l’avenir du rock français. Après NEVERMIND THE LIVING DEAD et SHOEGAZING KIDS les voilà de retour au premier plan, avec pour objectif d’asseoir définitivement leur statut de leader de la scène rock-indé française. Certes le groupe n’a pas connu l’effervescence médiatique de monstres comme les Strokes ou Arctic Monkeys, mais on peut parler d’hystérie collective en ce qui concerne la sortie de ce nouvel album. Les développeurs de Guitar Hero avaient le nez fin en 2008 en intégrant dans leur tracklisting “Toy Boy”, fait trop rare pour un groupe français pour ne pas être souligné. Puis SHOEGAZING KIDS est sorti, un hommage aux adolescents timides et victimes de leur propre mal-être, d’ailleurs le groupe s’est inspiré de beaucoup d’expériences personnelles à l’époque.

Trois années se sont écoulées depuis. Pour ce PURSUIT, les Stuck se sont enfermés dans leur nouveau studio parisien fait maison, ayant pour but de produire un album plus travaillé que les précédents. L’ouverture se fait par “Brother”, single dévoilé il y a quelques semaines avec son clip façon animés. Quelques riffs de guitares et une grosse caisse qui résonne, voilà un départ simple, légèrement électro, mais très prenant. La voix de José vient accompagner le tout, donnant au morceau une puissance supplémentaire. Le suivant, “Let’s Go”, est un véritable oxymore. Toujours avec une instru très bien construite et fidèle au son des Stuck, la douceur des couplets contraste avec l’impétuosité du refrain, faisant de ce morceau un des meilleurs de l’album.

 

 

“Fred Mercure” et “September”, résolument plus brit-pop, sont taillés pour les ondes FM françaises, malheureusement encore trop frileuses quand on parle de rock. Sur “Bandruptcy”, un des premiers morceaux dévoilés par le groupe fin 2011, on se laisse entraîner par une douce mélodie et la voix de José qui en viendraient presque à nous faire danser, jusqu’à ce que tout s’accélère. Les quatre garçons s’excitent, les guitares s’approchent de la saturation, le batteur fracasse ses cymbales, la voix de José se perche le plus haut possible… Ce morceau est électrisant. Avec le titre “Pursuit” on retrouve la fougue des tubes des albums précédents comme “Shoot Shoot” ou “Toy Boy”. On sera submergé par l’émotion sur “Tender” et “Silent And Sweet”, deux ballades romantiques des plus agréables.

En constante évolution, les Stuck In The Sound ont pris leur temps pour façonner cet album à leur manière. Souvent comparés à Blur, on peut dire que les membres du groupe frappent un grand coup en offrant certainement les 14 titres les plus aboutis et les plus riches de leur carrière. Entre brit-pop entraînante proche de la bande à Damon Albarn et rock fracassant fidèle à la patte des Stuck, PURSUIT séduira même les plus sceptiques quant à la qualité du rock français. Ce qui devrait donner une dimension supplémentaire au groupe dans le panorama musical francophone. Tout les superlatifs sont bons pour décrire cet opus qui s’avère être un vrai bijou.

 



Stuck In The Sound - "Bandruptcy" [Official Video] par stuckinthesound

2 commentaires

  1. Ce nouvel album du groupe français Stuck In The Sound sonne bien mais je ne sais pas, dès la première écoute, on plonge tellement facilement dans les notes, on serait même prêt à chantonner en même temps comme si tout cela était du « déjà entendu ». Oui, cet album n’est ni plus ni moins, que du « copier / coller » avec des chansons de groupes célèbres que vous connaissez tous. Dommage, car je pense que ce groupe pouvait poursuivre sur son bon début et affirmer son propre style, à l’image de ce qu’ont fait d’autres groupes bien de chez nous (Noir Désir, No one is innoncent, Aqme, Saez, Enhancer, Aston villa, Blankass, Luke, Pleymo…)
    Voici les titres de ce nouvel opus avec ce que j’entends en les écoutants :
    1. Brother : On capte la touch’ Black Keys (d’ailleurs c’est le titre d’un de leur album)
    2. Let’s go : Riff guitare de l’intro rappelant Kaiser chief , chant très Jeff Buckey
    3. Fred Mercury : The Cure
    4. September : Mix entre du Jeff Buckley et The Strokes
    5. Tender : Keane avec un son très Unbelievable Truth début 2000 (groupe du petit frère de Tom Yorke)
    6. Bandruptcy : Mix entre du System of a down et 30 second to Mars
    7. Criminal : The Killers
    8. Who’s the guy : Phoenix
    9. Pursuit : Buckey (chant) avec du Muse sur le pont et un peu de Coldplay sur l’intro
    10. My life : ça sonne tellement Queen of the stone age !
    11. “Silent & Sweet” : The servant à fond !
    12. I told you : Comme le dernier Skunk Anansie avec un peu de Placebo
    13. Purple : ça sonne comme le groupe belge Ghinzu dans l’intro et après les guitares déjà entendues mais je n’arrive pas à mettre un nom
    14. Ghost : ça se rapproche pas mal à ce que M à composé pour le film “Ne le dis à personne”. Ça sonne aussi très Yodelice

  2. Malheureusement en France on ne peut pas forcément créer quelque chose de nouveau à chaque fois. Saez, Aqme et Enhancer ne sont pas plus populaires que Stuck In The Sound par exemple. L’auditeur lambda a besoin de quelque chose qui lui rappelle son passé, une chanson qu’il adorait, un rythme familier… Je trouve tes comparaisons un peu tordues par fois^^ Par exemple “Brother” n’est pas un hommage au Black Keys, c’est simplement que la chanson a été écrite avec le frêre du chanteur 😉 Et pour ce qui est de la chanson en elle même, elle est assez loin du blues rock des deux mecs d’Akron.
    Pour une fois qu’un groupe de pur rock se fait une place dans l’hexagone, on ne va pas bouder notre plaisir 😉

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page