vendredi , 28 janvier 2022
Madame amène la langue de C. Jérôme, Monsieur y accole la langue de Nena. Le duo à la ville comme sur scène passe de l’allemand au français pour nous compter des histoires sans queue ni tête, à l’image de leur electro minimaliste aux samplers loufoques. Plus encore, Stereo Total joue sur tous les tableaux, avec des titres en anglais, en espagnol et aussi…en japonais. En tournée sans répit, Françoise Cactus et Brezel Göring de leurs faux-noms ont trouvé encore le temps de procréer : Baby Ouh ! pique à Carte postale de Montréal la place du petit dernier. Sera-t-il notre chouchou, privilège accaparé depuis 2001 par Musique Automatique où se nichait le tube intermégaplanétaire L’amour à trois (ou son jumeau germanophone, Liebe zu Dritt, mais oui, le morceau que Couleur 3 passait en sur-boucle sur les ondes émises sous l’an 2001 de notre ère) ? Ne nous enthousiasmons pas trop tôt en ce temps de Mondial, surtout que le titre le plus accrocheur à la première écoute se clame en espagnole… Le delirium sonore propre à Stereo Total défie d’entrée de jeu notre patience : electro minimaliste, certes, mais des titres comme ce Hallo Damenklo exige d’être capable de soutenir ce bordel sans nom, foutrement jouissif en club.

Stereo Total

EASY LISTENING ? Madame amène la langue de C. Jérôme, Monsieur y accole
la langue de Nena. Le duo à la ville comme sur scène passe de l’allemand au
français pour nous compter des histoires sans queue ni tête, à l’image de leur
electro minimaliste aux samplers loufoques. Plus encore, Stereo Total joue sur
tous les tableaux, avec des titres en anglais, en espagnol et aussi…en
japonais.

En tournée sans répit, Françoise Cactus et  Brezel Göring de leurs faux-noms ont trouvé encore le temps
de procréer : BABY OUH !
pique à Carte postale de Montréal la
place du petit dernier. Sera-t-il notre chouchou, privilège accaparé depuis
2001 par MUSIQUE AUTOMATIQUE où se
nichait le tube intermégaplanétaire « L’amour
à trois »
(ou son jumeau germanophone, « Liebe
zu Dritt »
, mais oui, le morceau que Couleur 3 passait en sur-boucle sur les
ondes émises sous l’an 2001 de notre ère) ? Ne nous enthousiasmons pas
trop tôt en ce temps de Mondial, surtout que le titre le plus accrocheur à la
première écoute se clame en espagnole… Le delirium
sonore propre à Stereo Total défie d’entrée de jeu notre patience :
electro minimaliste, certes, mais des titres comme ce « Hallo Damenkl »o exige d’être capable de soutenir ce bordel sans nom,
foutrement jouissif en club.

Pas rape

La suite, on
la connaît : sucreries (« Barbe à papa »),
hommages aux grands artistes (« Andy Warhol »),
mélancolie face à sa jeunesse perdue…On retrouve les thèmes-phares de Stereo
Total, presque là à s’excuser d’avoir chacun-e la quarantaine au compteur et de
voir se dandiner devant eux/elles une jeunesse biberonnée à Britney Spears.
Mais là est tout le plaisir : se complaire à balancer des titres qui
rythmeront les pires beuveries ou les plus chicos-dirty soirées berlinoises
avec des airs de musique pour enfants (en témoigne la présence de ces deux
petites filles chaperonnée par papamaman lors de leur concert au
« vieux » Romandie, dansant sur scène sivouplaît !). Henri Dès
est mort, vivre Stereo Total !

Mais BABY OUH! fait place molle à la
guitare et la batterie, qui donnait cette gifle punk à laquelle on ne s’attend
jamais tant les gags musicaux sont foisons. Mais j’en parlais tout à
l’heure : « No Controles et son
espagnole » tout aussi sommaire que la partie instrumentale nous ressert cette
efficacité kitschissime incompréhensiblement plaisante. Pourtant, la recette
aurait du s’épuiser, comment renouveler sans arrêt des samplers sans
prétention ? « I Wanna Be A Mama » reprend
quant à elle quelques couleurs rock’n’roll (sans exagérer bien sûr) et l’humour
à la ST est sublimée dans « Babyboom Ohne
Mich ».
Le duo n’est pas rape, 17 titres sur la galette, mais on reste en
terrain connu : peu de surprises, on se prend pour un yéyé, mais on ne
trouve pas dans cette masse des titres aussi cultes que le répétitif « Wir tanzen im
4-Eck »,
le chouette « Ma Radio » ou le vénère « Nationale
7 »,
morceaux de….Musique Automatique … BABY OUH! reste fidèle à cette emprunte « non-conventionnel avant
tout », avec ces petits élans « féministes » si l’on veut, qui
ne sont pas pour déplaire à la rédactrice : « Faut toujours que j’avale,
comme si c’était normal » (Illégal). Gardez
précieusement les albums de Stereo Total, pour vos futurs enfants.

About Anthony

:-)

Check Also

Bilan 2021 : une année pas si pourrie que ça.

C’est fait, 2021 est terminée, c’est donc l’heure du bilan pour la rédaction de Lords …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.