samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Stars

Stars

The Five Ghosts

Label: Vagrant


INDIE-POP Une éclipse d’étoiles musicales au Canada de trois longues années
s’achève enfin. La lueur réapparait sur ces cinq fantômes. En effet, les
Stars reviennent avec un cinquième opus, baptisé THE FIVE GHOSTS, avec une
pochette collectionnant des photos anciennes avec des apparitions en
transparence. Mais c’est surtout musicalement que l’album fait ressortir
quelques vieux fantômes musicaux, par un style volontairement plus retro.

Les années 80 ont beau revenir à la mode, personne (à ma connaissance)
n’essaie d’imiter Samantha Fox, Boy George et tous les autres avec leur style
musical très typé, leurs attitudes et leurs costumes très … euh, vous
m’avez compris. L’époque est révolue, mais la génération née dans les
années 80 revendique cet héritage. C’est aussi ce que fait Stars d’une
manière plutôt subtile. Loin d’un pastiche, d’une imitation, sans aucune
reprise et encore moins de plagiat, le groupe dose subtilement, comme dans les
films fantastiques, la dose de vivants (musique actuelle) et de fantômes
(musique plus retro). Et ces fantômes là apparaissent en transparence, se
claquant sur le fond musicale actuel, principalement par les sonorités
synthétiques. Parfois, c’est beaucoup plus évident, comme dans le très bon
“Changes”, où la basse en octave est très typique des arrangements des années
80, et où l’écriture très mélodique connote d’avantage les années 80 que
l’écriture mélodique actuelle!
Le reste de l’arrangement et la sonorité globale en font tout de même un
titre du XXIe siècle. Ce titre, par la voix de la chanteuse et l’arrangement,
évoque fortement Duffy, elle aussi parfois un peu retro dans son genre. “How Much More”, par contre, ne marque quasiment pas cette influence, et est digne
des titres pop-rock actuels, avec une sonorité de guitares que l’on n’avait
pas il y a trente ans.

Une semi réussite

Pourtant, si certains titres sont très réussis, l’album est hélas, trop
inégal pour susciter une adhérence totale. Les titres sont variés,
l’alternance entre les deux chanteurs, l’un masculin, l’autre féminin, un
style musical travaillé, un son uni tout en étant varié au cours du disque,
tout ceci devrait participer à la réussite du disque. Hélas, comme une pâte
montée, qui, malgré tout les ingrédients et toutes les conditions, devrait
faire un beau gâteau mais ne monte pas totalement, c’est aussi le même cas de
figure ici. Des titres moins réussis, particulièrement vers la fin de
l’album, font de cette montée une semi réussite, malgré quelques bons
titres au milieu du disque. Moins d’inspiration ? Un aspect mélodique un peu
plus négligé ? Une légère répétition ou surexploitation d’une bonne
idée musicale ? Quelque chose capote, nous laissant sur un sentiment de
gâteau pas assez levé pour être une totale réussite. Un peu comme une
étoile restant sous notre atmosphère au lieu de monter vraiment dans le ciel … Est-ce la faute d’un fantôme ? Allez
savoir…


2 commentaires

  1. So Boy george
    ” Les années 80 ont beau revenir à la mode, personne (à ma connaissance) n’essaie d’imiter Samantha Fox, Boy George et tous les autres avec leur style musical très typé, leurs attitudes et leurs costumes très … euh, vous m’avez compris”

    PLACEBO
    TOKIO HOTEL

    ont inventés leurs styles peut-être ???

  2. Années 80
    Oui, je me suis un peu planté, je les avais oublié. Pourtant musicalement, c’est different des années 80. On retrouve une influence, mais ca s’arrête la. Je trouve que pour les années 70, il y a des imitations plus évidentes (et plus connues!), musicalement comme visuellement. Marilyn Manson, enfant d’Alice Cooper et de Bowie, et une flopée d’artistes plus ou moins connus dont on reçoit régulièrement les disques…

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page