vendredi , 16 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » St.Vincent

St.Vincent

Live à l'Alhambra

L'Alhambra, Paris (FR), Lundi 26 février 2012

REVIEW - St. Vincent jouait dimanche 26 février à l’Alhambra. L’occasion d’aller voir cette artiste qui a sorti deux excellents albums, et un troisième qui la met sur une pente bien savonneuse

 

St. Vincent, cette jeune fille aux cheveux brûlés et bouclés, était déjà venue, novembre passé, au Café de la Danse. Je n’avais pas pu assister à ce concert, j’ai comblé ce désert en moi dimanche soir dans la salle de l’Alhambra.

St Vincent y est venue pour présenter son troisième album, STRANGE MERCY, album plus fade, moins onirique que le premier, moins agressif que le deuxième, plus club et plus festival de musique moyen pour les gens qui n’écoutent pas trop de musique mais qui aiment bien aller aux festivals pour y boire de la bière, pour l’ambiance et pour passer des moments sympa, se changer du quotidien. Bref, je n’allais pas voir ce concert avec une pensée très positive, malgré deux excellents concerts vus après la sortie de son deuxième album.

Avant, en Europe, St. Vincent tournait seule, accompagnée de sa guitare et d’un sampler. Désormais, elle a plus de fric, donc elle tourne avec trois musiciens. Un caucasien, une chinoise et un sud américain. Ce n’est pas le début d’une blague, mais le début de la dégénérescence de St Vincent. Ces trois représentants ethniques jouent respectivement de la batterie, ou plutôt d’un simulacre de batterie inondée sous une pluie diluvienne de sons électroniques, du synthétiseur analogique et d’un synthé numérique relié à un ordinateur qui règle le BPM de tous les morceaux grâce à une horloge atomique réglé sur la fréquence du rayonnement électromagnétique.

 

 

Parlons peu, parlons bien et commençons par le batteur. Il a sûrement dû être élevé dans une de ces écoles américaines qui apprennent nécessairement aux batteurs de jouer au clic, c’est-à-dire que plutôt que de se fier à son ressenti musical pour régler le rythme, le tempo de la musique, on écoute un clic-clac-clac-clac dans ses écouteurs Bose, et ce clic-clac dure pendant tout le concert. D’ailleurs, il est habillé et se comporte comme s’il allait au bureau. Costard/cravate de comptable, aucune émotion apparente, il fait son boulot et se barre juste après son dernier coup de cymbale. St Vincent m’avait habitué à une musique qui alliait la puissance des roustons masculins avec la douceur et la beauté de sa voix. Désormais, cette beauté est canalisée et contenue dans une métrique informatique.

Et c’est là un problème majeur de la musique actuelle. Je ne sais pas pourquoi, mais dès qu’un groupe américain ou français (il me semble que les anglais sont moins touchés par cette sale histoire) a déjà sorti deux ou trois albums, il se professionnalise beaucoup trop et dans une mauvaise direction. A savoir qu’il pense que tous ses concerts doivent être parfaits et semblables et pour y parvenir, ils ont souvent recours à l’électronique et à l’informatique. Mais cela casse toute magie dans la musique. Il y avait, durant ce concert, une incontestable contradiction entre la musique de St. Vincent, ce qui sortait d’elle et son orchestration. Soit entre sa voix sublime couplée à l’un des plus intéressants jeu de guitare de la musique actuel et toute l’électronique fade, inintéressante et trop entendu qui l’accompagnait.

 

 

Je ne comprends pas très bien cette nouvelle orientation, il ne reste alors que ces deux possibilités : soit St. Vincent est devenue très calculatrice et souhaite conquérir un nouveau public et atteindre des plages horaires plus tardives dans les festivals d’été soit quelqu’un calcule à ses dépend et sa musique en pâtit fortement. En tout cas, cet professionnalisation à l’américaine de la musique, c’est vraiment pas top.

 


Un commentaire

  1. Merci pour cette petite chronique. Je me sens moins seul. Je me suis vraiment ennuyé à ce concert pour ne pas dire autre chose. Un grand sentiment de gâchis, voila ce qui m’en reste.
    Sous prétexte que la jeune fille est jolie, on lui pardonne beaucoup de choses et on essayerait même de faire passer un mauvais concert pour un grand moment.
    J’ai eu l’occasion de la voir par le passé. J’avais beaucoup apprécié ses prestations et m’étais d’ailleurs dit qu’elle avait un énorme potentiel. Mais là je trouve qu’elle se trompe totalement dans ses choix. Je te rejoins sur tout. J’irai même plus loin. Je pense même que son jeu de guitare devient musicalement inintéressant. C’est technique mais je m’en fiche car ça finit par devenir moche, faussement expérimental et très répétitif.
    Le quasi seul bon moment du concert a été sa reprise du Pop Group, très réussie, tout simplement car elle reposait sur des choses simples.
    La seule voie possible est un retour à la simplicité. Quand on écrit bien, on peut se permettre plus de simplicité et laisser l’esbroufe au vestiaire. Cette fille a du talent. Il lui faut l’exploiter maintenant et ne pas se laisser enfermer dans cette vulgaire hype qui entoure les jolies musiciennes.
    Je n’ai rien contre l’innovation, l’expérimentation mais cela ne peut venir qu’après une véritable maîtrise des basiques sinon c’est un cache-misère.
    ça va mieux en l’écrivant, ça soulage.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page