lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Solidays

Solidays

Vendredi

Longchamp, Paris (FR), vendredi 27 juin 2014

REVIEW - Un festival complet 9 jours avant le début des festivités, 3 jours de concerts avec 90 artistes, pour ma 1ère fois à Longchamp, les Solidays promettent d'être énorme! J'avais déjà fait plusieurs festivals, mais jamais aussi grand. Je suis impressionnée de voir 5 scènes pour un seul festival. Il y en a pour tous les goûts : rock, électro, rap. Retour sur cette première soirée sous les étoiles.

Tant attendu Mathieu Chedid alias M entre sur scène en costume à paillette, guitare dorée et lunettes en forme de M, accueilli par un public bouillonnant! L’ambiance est électrique lorsqu’il interprète son tube "Mojo". Puis, le 2nd guitariste nous balance quelques notes en solo pour enfin nous jouer "U Can’t Touch This" de MC Hammer, façon DJ avec sa platine-guitare. Le batteur ne reste pas de marbre en envoyant le refrain de "Jump Around" de House of Pain. Enfin, le guitariste joue "Seven Nation Army" des Whites Stripes pour finir le mix avec l’intro de "Corn Flakes" que M reprendra dans la foulée avec ses lunettes scintillantes, envoyant un faisceau lumineux sur la foule. Vient ensuite le "Machistador". M fini la chanson en solo dans la foule, puis façon Jimmy Hendrix en jouant de la guitare avec les dents. 1h de spectacle et la foule part à l’assaut de Fauve sur la scène Bagatelle à plusieurs mètres, comme un troupeau, avant même que M finisse son show.

Il faut dire qu’il y a tellement d’artistes et de spectateurs, qu’il faut sélectionner si on veut avoir des bonnes places. A vrai dire ce festival est un vrai marathon! Il faut même choisir entre les expositions, manger, faire la queue pour un saut à l’élastique ou voir un concert avec une bonne place. Personnellement, j'ai choisi les concerts 😉

Ayant écouté le dernier album de Fauve sans accrocher, je peux dire que le live est beaucoup plus dynamique. Même si je ne l'ai écouté que de loin à cause de l'appel du ventre, j'ai pu entendre les tubes du moment comme "Infirmière".

C'est au tour de Shaka Ponk. Comme on peut les attendre en concert, l'intro nous met vite dans l'ambiance. Ils ont le sens du spectacle avec une interaction vidéo et live. Le singe danse en rythme derrière le groupe sur "Wanna Get Free", marche sur "Story O' my LF", et différents personnages s’enchaînent pendant le spectacle. Ils ont énormément d'énergie et c'est communicatif! Tout le public saute, ça se bouscule dans tous les sens. Tellement qu'il est difficile de prendre quelques clichés sans bouger. Les nouveaux morceaux rendent le concert encore plus rock avec "Black listed", voir même criard. Plus le concert avance, moins on comprend les paroles, dommage. Mais rien que pour l'ambiance, cela vaut le détour!

Ce festival commence plutôt bien, malgré ma déception d'avoir loupé Breton, Chinese Man, La rue Kétanou ou bien Hollysiz. J'ai l'impression que les organisateurs ont tout miser sur cette 1ère journée. Dommage aussi d'être obligé de partir avant la fin de Shaka Ponk pour pouvoir rentrer avec le dernier métro parisien.


Un commentaire

  1. C'est bien dommage de l'avoir raté alors!

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page