dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Shannon Wright au Fri-Son

Shannon Wright au Fri-Son


Fri-Son Fribourg (CH), vendredi 24 novembre 2017

REVIEW - Shannon Wright est une habituée dans nos contrées et doit connaître toutes les scènes de Romandie car voilà plus de 10 ans qu’elle tourne par chez nous. La voilà qui nous revient pour cette tournée automnale 2017 à Fri-Son après déjà un passage au RKC l’hiver précédent. En première partie, on a eu droit à Xiu Xiu et leur rock expérimental entre bruitisme post-punk et performance lyrique.

Xiu Xiu est un groupe à géométrie variable basé autour de son frontman Jamie Stewart – j’avais eu l’occasion de le voir il y a une dizaine d’année à l’ancien Romandie en solo, costard assis sur une chaise en mode songwriter. Voici qu’il nous débarque avec une percussionniste – Angela Seo – en mode post-punk et avec de la sueur s’il vous plaît ! Abordant des sujets plutôt moroses, les textes de Xiu Xiu traitent de suicide, du SIDA de la guerre ou des tabous. Les textes sont hurlés, chantés voire scandés en mode soirée open mike digne des soirées underground new-yorkais.

En trouve pêle-mêle des titres comme ‘Dear God I hate Myself’, ‘I luv abortion’, ‘Boy Soprano’ ou encore ‘Crank Heart’. Le duo nous a délivré un chaud énergique à la limite de la sortie de route chaotique !

 

Ce soir, Shannon Wright est accompagnée de 2 musiciens, un batteur et un clavier. C’est à la guitare qu’elle débute son show avec 3 morceaux bien rock’n roll de son dernier album en date, Division. Puis d’enchaîner au piano et voix pour trois autres morceaux. Le reste du set va continuer de se dérouler ainsi. Cachée derrière sa frange, Shannon Wright nous délivre son folk-rock puissant et intime et le public se laisse volontiers emmener par ce personnage complexe entre l’énergie vibrante de ses compositions et de son chant et une grande pudeur.

On notera des morceaux comme ‘Division’ avec lequel elle entame le set, ‘Wayward’ et ‘The Thirst’ pour les parties piano et surtout ‘Accidental’ durant lequel elle posera sa guitare pour délivrer son texte alors que ses deux compères se chargeront de l’arrangement musical. Elle a aussi joué d’anciens morceaux comme ‘The Caustic Light’ très sonicyouthesque ainsi que d’autres morceaux de son précédent album In Film Sound.

 

Ce qu’on apprécie fortement chez cet artiste, c’est cette alternance entre des morceaux très rock à la guitare et des moments au piano qui semblent plus calmes bien que tout aussi intenses mais créant une ambiance intimiste bien particulière propre à Shannon Wright. Elle terminera avec un rappel où seule au piano elle nous joue ‘Father’ dont l’intensité colle des frissons.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page