samedi , 22 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Shannon Wright et Chokebore en live

Shannon Wright et Chokebore en live


L'Amalgame, Yverdon-les-Bains (CH), mardi 12 novembre 2013

REVIEW - C'est une salle plutôt bien remplie qui a accueilli cette affiche de rêve le 12 novembre dernier à l'Amalgame d'Yverdon-les-Bains.

Accompagnée par Todd Cook (basse) et Kyle Crabtree (batterie), Shannon Wright présente son dernier album IN FILM SOUND, dont il s'agit déjà du second passage en Suisse romande cette année. Pour l'avoir vue au Romandie de Lausanne le 13 avril passé, on peut dire que chacun de ses concerts est comme une épreuve mystique qui nous plonge au plus profond de nous-même et d'où l'on ressort ébranlé. Emotion. Intensité. Hypnotique.

Elle parle peu, laissant place à la musique. C'est chaleureux, intimiste et puissant. Et lorsqu'elle prend place derrière son Wurlitzer, l'émotion est à son comble… Seule ou en groupe, tout en elle se libère pour laisser éclater la force de sa musique. Les morceaux sont précis, le son net. L'intensité est très maîtrisée, chacun contrôlant parfaitement sa place. Le public est suspendu aux lèvres de Shannon et à son jeu de guitare si efficace et particulier. Après une heure d'un show sans fausse note puis trois titres en rappel, elle laisse la place à Chokebore en remerciant humblement le public. Classe, une grande dame.

Originaire d'Hawaï puis émigré à Los Angeles, Chokebore avait six opus à son actif avant de se séparer en 2005. Reformé en 2010, le groupe fête ses vingt ans par une tournée. Ce soir, les cinq musiciens jouent essentiellement des titres des deux premiers albums (MOTIONLESS et ANYTHINGNEAR WATER).

Le son est bon mais beaucoup moins fort qu'à l'époque. On joue plus lentement ce qui donne aux morceaux une torpeur qui leur va bien. Les instruments sont « vintage » (on remarquera une ancienne batterie des 60's plutôt calibrée jazz), les amplis de petite taille. Une volonté de revisiter les morceaux? Le public était ravi de ce moment plein de nostalgie !

Philippe, fan de la première heure, venu voir son groupe favori pour la 24ème fois (!) a répondu à quelques questions :

Lords: Qu'est-ce qui t'attire dans ce groupe et qui te fais l'apprécier tout au long de ces années ?

Philippe: « La mélancolie qui se dégage des morceaux, même ceux plutôt énergiques, une voix touchante et un côté hypnotisant. Ils ont été capable d'explorer d'autres voies, comme dans l'album « It's a Miracle », plus pop par exemple. »

Que penses-tu de leur performance de ce soir ?

« C'est un bon retour aux sources, le set est typique du noisy des années 90 et vu qu'ils ont plutôt joué de vieux titres, ça ne nous rajeuni pas ! Le son était bon, même si la voix ne ressortait pas assez. Il était évident que le groupe avait beaucoup de plaisir a jouer et était surpris du bon accueil du public. »

C'est vrai que les musiciens se sont bien éclatés et quand on voit leur modestie (pour des gens qui ont eu joué avant Nirvana dans des salles bondées) et leur ténacité à continuer leur art, on ne peut que les respecter… Pour anecdote, la petite phrase sortie par le chanteur Troy Von Balthazar en début de concert « Oh whouaw, we play after Shannon Wright ! »


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page