Rich Robinson

Les Black Crowes et moi, une longue histoire d’amour… qui débuta par un pur hasard, comme bien souvent dans la musique. Un disque soldé, acheté à la « Placette » comme ça… au feeling. Faut dire que la pochette (AMORICA, 1994) avait de quoi laissé perplexe l’ado que j’étais. La musique et l’attitude du groupe m’ont rapidement séduit. Ce côté rockeur hippie, des mélodies entrainantes et la bonne bouille de Chris Robinson. Ensuite, c’est l’acquisition des autres albums, quelques concerts dans des festivals et même une photo à côté de Chris. La classe.
Même si j’écoute beaucoup moins les Black Crowes que par le passé, le groupe gardera toujours une place importante pour moi. C’est comme ça, vous savez ce que c’est, vous avez toutes et tous, des coups de cœur pour certaines formations qui ont marqués votre parcours musical.

 

 

Alors forcément, l’album solo de Rich, le frangin, le guitariste plutôt sérieux, allait me titiller les oreilles. Je sais pertinemment que je ne vais pas écouter des milliers de fois ce disque, mais je me devais d’écrire quelques lignes sur sa sortie. Et pourtant il n’y a pas des tonnes de trucs à raconter. THROUGH A CROOKED SUN n’est pas une révolution musicale en soi. Venant de Rich, on ne s’attendait pas à de l’indie-pop-shoegaze ultra branchée. On le sait, le guitariste joue du rock, du blues-rock, du rock sudiste et il n’y aura pas mille fioritures sur cet album. Pas de surprise. La voix de Chris me manque, c’est incontestable, mais pour le reste il y a de quoi se faire plaisir si vous appréciez les Black Crowes. L’album est long, 12 titres, voire 16 si vous avez la version avec les bonus.
On retiendra les 4 bons titres du début à savoir "Gone Away", "it’s Not Easy", "Lost And Found" et "I don’t Hear The Sound of You".  Mélodieux, agréable, groovy, tout ce qu’on aime dans les Crowes en somme. Plus loin, "Standing On The Surface Of The Sun" a aussi de quoi nous séduire.

 

 

Les non-initiés auront sans doute de la peine à accrocher au style proposé. Il est clair que les frères Robinson auront toujours eu un plus grand succès outre-Atlantique. Le rock sudiste n’est pas le style le plus apprécié en Europe et pourtant les Black Crowes avaient cassés quelques codes, quelques clichés liés à ce style has been. Pas sur que l’album de Rich Robinson fasse un tabac par chez nous… Mais qui sait, peut-être qu’un ou deux ados seront tentés de le télécharger (illégalement ou pas) et en parleront sur un blog. L’histoire se répète…

 

About Anthony

:-)

Check Also

Johnny Mafia : il n’y a pas que du bon pinard en Bourgogne.

GARAGE – Quand les prémices de ce nouvel album sont arrivés jusqu’à nos oreilles, le …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.