jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Rhino Bucket

Rhino Bucket

The Hardest Town

Acetate Records


Si vous n’avez jamais entendu Rhino Bucket et que l’on vous fait écouter le
disque sans vous dire de qui il s’agit, toute la direction de Lords of Rock
est prête à parier sa chemise que les premières lettres qui vont sortir de
votre bouche se résument à ceci : AC/DC.
Le groupe originaire de Los Angeles ne s’en cache pas, AC/DC est leur
principale influence. A tel point qu’on retrouve un ancien du combo
australien, à savoir Simon Wright on the drums. Ce dernier a enregistré les
albums FLY ON THE WALL et BLOW UP YOUR VIDEO, il a ensuite rejoint Ronnie James
Dio. De 1993 à 1995 il joue avec Rhino Bucket avant que le groupe ne se sépare
quelques années.
Le groupe Rhino Bucket s’est formé à la fin des années 80 autour de Georg
Dolivo, guitariste chanteur, au timbre de voix très proche de Bon Scott. Leur
carrière passe au niveau supérieur à partir du deuxième album, grâce au
titre “Ride With Yourself” que l’on retrouve sur la bande originale de
Wayne’s World. Tout récemment ils ont encore participé à la musique du film
The Wrestler avec le titre “Welcome to Hell”.

 

Les voici donc de retour avec THE HARDEST TOWN, album sans véritable surprise,
mais très efficace dans son genre. AC/DC ne bouge pas depuis plus de 30 ans,
Rhino Bucket ne va pas bouger non plus. C’est propre, c’est carré, les riffs
sont secs, ça tape bien en rythme avec le métronome Wright et les solos de
Brian Forsythe sont en place. Que dire de plus, écoutez-les titres “Know My
Name”, “Street to Stree”t, “The Hardest Town”, “Take Me Down” et tous les autres au
petit déjeuner, vous serez en forme pour toute la journée.
On notera un design vintage rock n’roll jusqu’au bout. Une pochette avec des
bottes (sans doute des Harley), un ampli Fender et une prise Jack. A
l’intérieur, on découvre une photo où les musiciens se rafraichissent avec
une bonne bière et sur l’illustration du CD en lui-même, on aperçoit les
capsules des bières. Si ça c’est pas rock n’roll les gars !!!

 

Le débat reste toujours le même, est-ce un peu trop facile de jouer
exactement comme un autre groupe plus connu ? AC/DC n’a pas le monopole du
Hard Rock, si les gars s’éclatent à jouer ainsi, tant mieux pour eux. Si le
public apprécie, achète les disques, se déplace au concert, tant mieux pour
tout le monde. Longue vie à Rhino Bucket et au rock n’roll !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page