jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Queen

Queen

The Cosmos Rocks

EMI


S’il y a un groupe qu’on n’imaginait pas se reformer c’est bien celui-là : Queen sort un nouvel album ! Bon il y avait bien eu quelques projets depuis 1991, année de la mort de Freddie Mercury, mais là c’est un album. Or comment imaginer un album de Queen sans Freddie ? C’est la couverture qui répond à notre place : ce n’est pas Queen qui sort un nouvel album, c’est Queen + Paul Rodgers. Au moins on a le bon sens de reconnaître que Freddie Mercury ne peut pas être remplacé.

Paul Rodgers, fondateur de Free et de Bad Company, avait en fait déjà rejoint le groupe fin 2004 pour une puis deux tournées, accompagnées de CD et DVD live. Cela dit le choix de Paul Rodgers reste étrange. En effet, il est considéré comme un des meilleurs chanteurs de blues rock du moment – admettons qu’il n’est pas mauvais – mais soyons réalistes ce n’est pas le style de Freddie Mercury. Peut-être qu’il faut en déduire que le groupe a tourné la page, ou qu’il essaie de se distancer de ces grandes années. Effectivement rien ne sera plus jamais pareil donc autant l’accepter et faire quelque chose de différent.

En ce qui concerne l’album, bon pour être franc, le sceptiscime était présent. Déjà parce, n’ayant jamais été un grand fan de Queen, à part les classiques bien sûr, mais aussi parce que justement on voyait mal comment on pourrait garder l’identité Queen sans la voix de Mercury. D’ailleurs la première piste confirme toutes nos craintes, à croire que le groupe a voulu d’entrée marquer le coup. C’est que pour être différent ça l’est : du hard rock très bluesy. Très très bluesy.

Et là on vous donne une grande leçon : ne vous arrêtez jamais à la première piste. Si vous l’avez fait avec The Cosmos Rock vous me ferez dix “We Believe” et dix “Surf’s Up, School’s Out !”. Le reste de l’album est donc rassurant : Queen n’est plus vraiment Queen, mais le lien de parenté reste. Plus bluesy donc mais en même temps on retrouve les chœurs, le côté grandiloquent n’est pas loin. Sans Freddie Mercury, Queen n’est pas capable de produire de grands hymnes comme “We Will Rock You”, mais il peut toujours sortir un album intéressant. Ce qui est plutôt pas mal quand on pense au charisme et à la force que le mythique chanteur dégageait


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page