vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Prohom

Prohom

Un Monde pour Soi

Label: Gourmets Recordings / L'Autre Distribution

ELECTRO-ROCK – Quand Prohom sort un nouvel album, on est plutôt content. Cette équation simpliste est toujours valable après de nombreuses écoutes d’UN MONDE POUR SOI.

Pour qui s’intéresse un minimum au rock et à la chanson française, Prohom est un groupe (artiste) incontournable. Et quand on dit rock, il faut viser large, car Prohom se sert énormément de la musique électronique, des synthés, des samples et tout ça, pour créer son univers. Mais cette musique électro n’est rien (ou presque) sans les paroles de l’auteur qui sont au cœur de son oeuvre . En effet, les textes de Philippe Prohom sont réfléchis, intenses, parfois torturés et révèlent le côté sombre de l’humanité. Pour ce nouvel opus, l’artiste va encore plus loin dans l’expérimentation électronique (on entend moins les guitares qu’auparavant) et les textes sont plus noirs et plus profonds. Pas ou peu de légèreté, mais des coups de poignards de la bouche de Philippe Prohom (Je Voudrais que tu Sois Morte).

 

 

UN MONDE POUR SOI a une grande qualité, c’est qu’on y trouve de très bons morceaux jusqu’au bout. On va d’ailleurs commencer par la fin en citant le titre éponyme de l’album qui permet à Philippe Prohom de s’éclater totalement avec un final qui tutoie le metal indus, la musique psychédélique et qui lui permet de sampler des enregistrements vocaux de François Varillon, prêtre catholique lyonnais. Enorme. Juste avant le poétique "Mon Âme Or" confirme encore une fois la qualité des textes. Et pour les nostalgiques du rock "Demande-Moi" apporte son lot de guitare et d’énergie. Rythmiquement, "Un Mot Sur tes Lèvres" nous pousse à quelques pas de danse, à un balancement des bras. On vient de vous citer les quatre derniers titres de l’album, rien que ça.

Et le début alors ? Pas mal non plus, on y trouve aussi quelques incontournables. "Comment Lutter" nous met gentiment dans l’ambiance, mais c’est bien avec "L’Encre au Bout des Doigts" qu’on planne avec Philippe Prohom. Son chant est pur, très mélodique et contraste avec merveille avec une musique électronique massive et abrasive. "Madame Canaille", "Dis-Toi" et le terrible "Je Voudrais que tu Sois Morte", dans des registres différents, sont immanquables. En définitive, un excellent disque qu’on ne se lasse pas d’écouter, encore et encore.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page