BATTLE FOR THE SUN n'a pas vraiment reçu les louanges qu'il attendait, probablement grâce à son retour à une formule essentiellement rock. Terminées les expérimentations sonores qui enrichissaient les compositions de Meds ou Sleeping With Ghosts. La formation s'enhardit d'un nouveau batteur de 22 ans et continue ses odyssées adolescentes là où elles s'étaient arrêtées. C'est avec lassitude qu'on se laisse bercer par la voix nasillarde d'un Brian Molko vieillissant. Il faut attendre le titre éponyme en troisième position pour ressentir un semblant de plaisir et penser avec nostalgie à Without You I'm Nothing ou Teenage Angst. Le morceau suivant, For What It's Worth est une bonne surprise également et devrait apporter son lot de satisfaction sur scène. Ensuite, retour dans les méandres de l'esprit d'un enfant de quinze ans mal dans sa peau, c'est très ennuyeux. Ni les guitares saturées, ni les coups assénés avec passion par ce nouveau batteur apparemment très heureux n'arrivent à stimuler notre envie de réécouter Battle For The Sun. Les fans seront ravis de découvrir le documentaire de 40 minutes, très bien mis en scène, qui accompagne l'édition limitée. Placebo ne fait plus rêver, c'est normal, sa date de péremption est proche. Seule quelques âmes à la bienveillance compatissante laisseront sa chance à une formation qui n'a plus les capacités d'évoluer.

Placebo

BATTLE FOR THE SUN n’a pas vraiment reçu les louanges qu’il
attendait, probablement grâce à son retour à une formule essentiellement
rock. Terminées les expérimentations sonores qui enrichissaient les
compositions de MEDS ou SLEEPING WITH GHOSTS. La formation s’enhardit d’un
nouveau batteur de 22 ans et continue ses odyssées adolescentes là où elles
s’étaient arrêtées. C’est avec lassitude qu’on se laisse bercer par la voix
nasillarde d’un Brian Molko vieillissant.
Il faut attendre le titre éponyme en troisième position pour ressentir un
semblant de plaisir et penser avec nostalgie à “Without You I’m Nothing” ou
“Teenage Angst”. Le morceau suivant, “For What It’s Worth” est une bonne surprise
également et devrait apporter son lot de satisfaction sur scène. Ensuite,
retour dans les méandres de l’esprit d’un enfant de quinze ans mal dans sa
peau, c’est très ennuyeux. Ni les guitares saturées, ni les coups assénés
avec passion par ce nouveau batteur apparemment très heureux n’arrivent à
stimuler notre envie de réécouter BATTLE FOR THE SUN. Les fans seront ravis
de découvrir le documentaire de 40 minutes, très bien mis en scène, qui
accompagne l’édition limitée.
Placebo ne fait plus rêver, c’est normal, sa date de péremption est proche.
Seule quelques âmes à la bienveillance compatissante laisseront sa chance à
une formation qui n’a plus les capacités d’évoluer.

Check Also

Meshuggah est (in)Immutable

TRASH METAL – Meshuggah produit peu mais de la qualité. Carré comme un emballage Ikea, …

One comment

  1. Catherine Ladoubart

    Battle for the sun
    Mais c’est pas possible de lire des idioties pareilles,comment ça l’album n’a pas reçu les louanges qu’il attendait!c’est un des meilleurs albums de PLACEBO?et c’est aussi le plus vendu,et puis pourquoi un Brian Molko vieillissant?il n’est pas vieux Brian,il est beau et encore très jeune!Et Placebo ne fait plus rêver?Ah ben ça,ça m’étonnerait!Quand à sa date de péremption,c’est pas demain la veille!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.