mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Palaniuk Opéra

Palaniuk Opéra

Crabe

Label: Autoproduit / Believe


Nouvelle Scène Française Troisième album du groupe français dont le nom s’inspirerait
de l’auteur américain: Chuck Palahniuk et d’une certaine forme d’art musical:
l’opéra…

A la première écoute, en survolant l’album rapidement, les
titres s’enchaînent les uns aux autres en libérant un son rock et
atmosphérique. La voix, souvent claire, distille un faux sentiment de calme au
milieu de parties de guitares, de synthés et de sax plus percutantes. Le tout
apparaît peu structuré et la ligne conductrice pas vraiment facile à suivre.
Les chansons qui n’ont pas été formatées pour passer à la radio (non, ce n’est
pas un mal !), laissent la place à de nombreuses cassures de rythme qui
viennent encore emmêler un peu plus ces 15 titres. En entrant un peu plus dans l’album, et surtout en posant
une attention plus particulière aux paroles, une chose surprend: tous les
textes s’enchaînent pour n’en faire qu’un. Le texte parle d’une existence, de la naissance (29.02.78
00:00) à l’asphyxie (27.05.10 10:00). Du coup, le fil conducteur apparaît
soudainement beaucoup plus clair. Cet album raconte une histoire ! Ce
n’est pas vraiment chose courante; à l’heure ou certains groupes lâchent, sur
internet, un single par-ci, un single par-là. Le fait d’avoir entre les mains
un album à écouter d’un bloc, en 1 heure 00 (cette précision est-elle voulue?),
est assez peu courant. Voire carrément contraire aux modes du marché actuel.

Cet album raconte une histoire !

Prendre le temps de cette heure est un mal nécessaire. Pour
se plonger dans l’ambiance, pour capter les subtilités du texte
comme: « Ce pays est un royaume, où mon état s’empire » ou
« Papa part pas à pas, maman ment totalement » ou simplement
« Le corps en saignant fragilise », jeu de mot sur l’école. Cette
heure, c’est le temps qu’il faut à ce CRABE pour nous accrocher. Certes, l’atmosphère y est plutôt sombre et même presque
glauque, le rythme est parfois vraiment lent et quasi déprimant (07.05.07
14:08). Mais forcément, puisque la vie qui nous est contée n’est pas toujours
rose et passe, elle aussi, comme le « Crabe » par beaucoup d’états
d’âme.

En bref, souhaitons ce destin à
personne et l’écoute de cet opus à ceux qui ont du temps, qui aiment le rock
avec des mots français et aussi à tous ceux qui ont un faible pour les
Wurlitzers.



Crabe session 4/7
envoyé par nomisbypoka. - Regardez la dernière sélection musicale.

Un commentaire

  1. merci mec
    ça fait plaisir que vous ayez écouté avec attention.
    merci

    simon

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page