mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Ornette

Ornette

Crazy

Label: Discograph

FRENCH POP - Ornette ou l'artiste sortie enfin de l'ombre! Après avoir accompagné des artistes en tournée, la voilà volant de ses propres ailes multicolores. Premier album.

Cette fille est surprenante, on pourrait dire que son disque est le reflet de sa couleur de cheveux. Un blond très pale, osé et très beau. Sa chevelure platine s'accorde à son visage autant que sa musique s'accorde à son passé.  Après de nombreuses années de  collaboration non avec les moindres (Alain Baschung, Arthur H…), la belle Ornette apparait enfin en tant qu'artiste reconnue et nous livre ses plus douces compositions. Elle trouve sa place aux cotés de Yael Naim et de Cœur de pirate. Eh oui! On ne penserait pas mais la petite à tout de même fait leur première partie.  S'il n'y avait qu'un mot a retenir ce serait << L'équilibre >> . C'est un milkshake façon jazz-frenchy-cool. L'album CRAZY égaye la journée, amuse les oreilles et adoucit le temps. Il s'agit-là de LA bande originale parfaite pour un road trip champêtre ou un réveil matinal. Enthousiaste et élégante, sa voix innocemment étudiée s'équilibre idéalement avec son talent de pianiste et son coté jazzy. C'est un album à la fois calme et enjoué des harmonies jazz, un rythme pop et un arrangement travaillé certainement de manière réfléchi.

Encore un peu fragile et timide, mais certainement à  l'aube d'une multitude de bonnes surprises. Une chose est sur, elle touchera en priorité la sensibilité féminine et trouvera là son succès. En revanche la virilité masculine aura souvent du mal à comprendre son monde et trouvera peut-être l'album un peu mièvre.

 

Finalement Ornette reste dans la lignée vocale de la chanteuse de The Do ou  Feist qui sont très en vogue en ce moment mais elle a cette particularité indescriptible qui donne envie d'écouter l'album en entier.

 


Un commentaire

  1. Ouais, enfin tout ça n’est quand même que de la variété. Pas de quoi se fendre d’une chronique…
    Lords of quoi déjà ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page