mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Never Void

Never Void

Coma

Label: Hummus Records

POST-HARDCORE – On avait présenté le trio allemand Never Void lors du Split avec nos compatriotes de Coilguns. Cette fois, c’est un EP de 6 titres qui nous intéresse, signé chez Hummus Records le label des Chaux-de Fonnier.

Never Void (NVRVD) n’est pas du genre à faire dans la dentelle, si vous voyez ce qu’on veut dire. On avait pu le constater l’année dernière sur le SPLIT avec Coilguns, mais là c’est définitivement confirmé avec COMA, un EP de 6 titres. Et honnêtement on a encore plus de plaisir à les entendre là que sur le SPLIT où les versions live n’étaient pas incroyables. Pour cet EP les Allemands ont choisi Roland Wiegner pour la prod et après de nombreuses écoutes, on peut dire que l’idée était plutôt bonne au vu du résultat. Certes, il y a un côté un peu crasseux ou brouillon par moment, mais quand le groupe appuie sur l’accélérateur et que la machine se met en branle, ça décoiffe (Impartial Eyes). Ce mini-album a été conçu dans la campagne profonde, c’est pourquoi on retrouve les titres d’intro et de conclusion "Oberohe" et "Niederohe" (petit endroit paisible entre Hanovre et Hambourg) qui ne sont pas ceux à retenir en priorité, mais qui jouent leur rôle respectif d’ouverture et de fin.

L’essentiel se trouve donc au cœur du disque. On l’a cité, le terrible "Impartial Eyes" est d’une noirceur et d’une brutalité jouissive. Une musique qui défoule et qui pourrait nous donner l’envie de retourner la pièce dans laquelle on se trouve. Juste par plaisir. Les fans du genre apprécieront sans doute "No Heaven" qui bourrine aussi grand-maman. Les voix se mélangent entre les cris (de douleurs ?) et l’option gutturale qui colle assez bien à la musique proposée. On l’a dit le groupe relâche parfois le tempo dans morceaux instrumentaux, légèrement atmosphériques (An Echo To Your Unbeliefs, Niederohe) ce qui n’est pas non plus pour nous déplaire.

COMA est un EP de qualité qui va jusqu’à l’artwork de Larissa Meyer. Pour le reste, on le conseille aux amateurs de Converge, Coilguns et autres groupes qui savent ce que c’est que de la musique qui tabasse.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page