jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » MYBTCW

MYBTCW

Live à l'Echandole

L'Echandole, Yverdon (CH), samedi 12 février 2011


REVIEW Avec un tel nom,
My Heart Belongs to Cecilia Winter est l’une des intrigues de la scène rock
helvétique depuis plus d’une année. Mais il y a quelque chose de plus avec ce
trio… Confirmation avec sa venue ce samedi dans la petite salle yverdonnoise de
l’Echandole où trois émissaires de Lords ont fait le déplacement.

Après la
curiosité Evelinn Trouble (en première partie), le charismatique Thom Luz
arrive pour entonner une première mélodie avec sa guitare, bientôt rejoint par
la bassiste Betty Fisher et le batteur Kusi Gerber. Dès lors, le groupe nous
délivre un set alternant le pop-rock le plus efficace, un rock indie à la Arcade Fire et des
passages plus aériens magnifiquement soutenus par l’envoutante voix de Betty
Fisher. Pour le bien-être de nos oreilles, tout le dernier album OUR
LOVE WILL CUT THROUGH EVERYTHING y passe. En plus de la traditionnelle
trilogie guitare-basse-batterie, le synthé, le xylophone et surtout une petite
harpe électrique n’en viennent qu’en rajouter au lyrisme, au romantisme et à la
variété des sons que l’on a eu l’occasion d’apprécier.

Les influences
du groupe sont nombreuses, mais MYBTCW (anticipons…les plus grands groupes au
nom à tiroir sont régulièrement nommés par leur acronyme) a su trouver sa
propre originalité, que l’on pourrait qualifier de « folk-dream pop ».
Au début assez calme, le public ne s’y est pas trompé et le groupe a fini par
être ovationné sur une reprise d’ABBA. Les mauvaises langues diront que MYBTCW
surfe sur une vague pop-rock qui ne pourra les amener que plus rapidement au
firmament, mais finalement tout le monde s’est bien amusé ce soir là et MYBTCW
fait le plus grand bien au rock suisse. C’est l’Echandole (où le son était
excellent) qui risque d’être rapidement trop petite pour un groupe en quête de
grands espaces.

Notons encore que le concept de “l’Echandole Debout” accueillera encore ce printemps les neuchâtelois des Rambling Wheels ainsi que l’électro-rock déjanté de Solange la Frange.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page