vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Mutual Benefit

Mutual Benefit

Love's Crushing Diamond

Label: Other Music Recording / Musikvertrieb

INDIE-ROCK - Austin, Texas, est un vivier de talents musicaux c’est bien connu. Actuellement nul ne remet en cause la qualité des produits « indés » qui sortent des laboratoires des artistes locaux. Jordan Lee en est un. Avec son projet Mutual Benefit, ce dernier entend bien apporter sa pierre à l’édifice rock de sa région. Déménagé récemment à Boston, le groupe a déjà reçu de nombreux prix et surtout, la reconnaissance de la presse anglo-saxonne. Lords of Rock, à son tour, ne pouvait donc manquer de se pencher sur la question.

C’est avec un huit titres aux couleurs modestes que Mutual Benefit entend se démarquer. Baptisé LOVE'S CRUSHING DIAMOND ce nouvel opus ambitionne clairement de répandre la lumière autour de lui. C’est ainsi que le premier titre, « Strong River », ouvre sur une note de positivité bienvenue : carillon, violon, sons synthétiques, nappes de guitare déversent une vague de sérénité peu commune. L’auditeur est happé par un torrent de lumière qui le conduit tout droit au cœur de l’été indien. La voix du chanteur est douce et murmurante, le chœur féminin féerique alors que les autres instruments très libres, confèrent l’espace d’un instant l’impression du vent qui caresse les feuilles.

Le titre suivant, « Golden Wake » entretient cette forme de bien être. Avec une batterie posée comme un battement de cœur léger, un zeste de mélodie flûtée et quelques filets de guitare, le combo poursuit son ode tranquille. Le violon qui s’ajoute, le piano et le charleston frémissant nous invite à une balade champêtre accompagnée du chant des cigales. « Advanced Falconay » quant lui parachève notre émerveillement. C’est au son d’une harpe relevée d’un violon et d’une scie musicale que le combo, véritable orchestre, nous transporte. Subtilité du titre : une basse qui se dissout dans l’ensemble et joue un peu à contretemps. Le bonheur qui se dégage de ce titre est total.

La suite sa fait plus aquatique quoique chaleureuse. « That Light That’s Blinding » s’ouvre en effet sur des nappes de piano et à nouveau un chœur féminin enchanteur. La basse se fait sous-marine soutenue par un violon qui nous emporte dans le sillage d’un courant chaud. Véritable caresse, la guitare qui enchaine à sont tour des arpèges lumineux apporte elle aussi sa propre brillance à l’ensemble. Cette douceur embryonnaire atteint son paroxysme avec le titre suivant « Let’s Play ». Miroitement sonore en soi, ce morceau adjoint aussi une délicate touche de guitare sèche relevée encore une fois de violon et de sons flûtés qui portent le chœur des sirènes du groupe.

On pourrait encore s’attarder sur les titres qui concluent cet album mais arrêtons nous là : laissons vous le soin de vous laisser porter jusqu’au bout de cette cure de santé par vos propres moyens. Mutual Benefit porte ainsi bien son nom puisque vous aurez tout à gagner en sérénité à écouter son dernier opus qui, si vous l’achetez ne vous décevra pas ni le groupe non plus d’ailleurs… Une bonne surprise donc que ce LOVE'S CRUSHING DIAMOND dont l’orchestration faussement minimaliste et chatoyante vous réchauffera le cœur et l’esprit par sa débauche de positivité.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page