dimanche , 17 octobre 2021

Metz

Ne comparons pas ce qui est incomparable. Metz ne cherche en rien à imiter Kurt Cobain et sa bande. Le registre du groupe se situe d’ailleurs dans quelque chose de plus speed que du « simple » grunge. Les influences post-punk sont claires. Il y a toutefois ce son crado que les aficionados de Sub Pop apprécieront. Un son tellement saturé que même l’album BLEACH de Nirvana sonne mainstream. C’est dire… En toute honnêteté, le son n’est pas le problème du groupe. Car généralement chez Lords of Rock, on apprécie ces vieux sons indés, pouilleux qui sortent d’une cave ou d’un garage. Le problème avec Metz c’est que l’ensemble sonne beaucoup trop brouillon et cacophonique. On aurait envie d’adorer Metz pour son audace et son insouciance, mais il manque un petit quelque chose pour nous faire frémir. On imagine bien qu’en live les prestations doivent déchirer, mais le résultat sur disque est quelque peu pénible sur le long terme. Ces sons dissonants et tapageurs auraient tendance à nous agacer. L’anti-mélodie est à son paroxysme et la voix du chanteur n’aide en rien.

 

 

On ne désespère pas à l’idée de voir un jour Metz sortir un album terrible. Le potentiel, l’attitude, tout y est. Il ne reste qu’à soigner un peu plus le fond des compos pour arriver à quelque chose de grand. Vivement la suite ou un concert pour se déchainer.

 

About Anthony

:-)

Check Also

Amaranthe, la plus belle plante du rock

POWER METAL – Quelques mois avant la sortie de son sixième album studio intitulé « Manifest », …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.