lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Concerts » Metronomy

Metronomy

Live au Zénith

Le Zénith, Paris (FR), samedi 3 mars 2012

REVIEW - 17H30, les premiers fans sont déjà là, sous la pluie. Sachant que Metronomy ne montera sur scène que dans quatre heures, c’est une belle preuve de réussite ! Les places se sont vendues comme des petits pains, et le concert affiche complet

 

20h15, François and the Atlas Moutains entre sur scène. Le public qui s’attendait à voir Metronomy, accueille froidement le jeune groupe.  Des débuts difficiles face à un public impatient. Puis on se laisse embarquer, et la fosse se plait à imiter François et sa chorégraphie étrange. On se prend timidement au jeu, sans oublier que c’est quand même pour écouter "The Bay" qu’on est ici. Presque une heure après, la première partie se termine, sans avoir réveillé le Zénith. Réécouté le lendemain au calme, François and the Atlas Mountains est agréable, doux, enivrant : "Royan" extrait de HER RIVER RAVES RECOLLECTIONS pourrait rappeler le style de Camille par exemple. C’est un groupe à découvrir tranquillement autour d’un café, et pas en première partie devant plus de 6000 personnes impatientes ! Paradoxe, Francois and the Atlas Mountains viennent de sortir leur cinquième album, là où Metronomy remplit le Zénith pour la promo de leur  troisième (seulement) ! Espérons qu’un jour, Francois pourra choisir sa première partie.

 

 

21h30, Joseph au piano est la cible des projecteurs. Chacun leur tour, les membres du groupe sortent de l’ombre. Metronomy a choisi de débuter ce concert par une ballade, histoire de nous mettre en appétit. Les premiers applaudissements retentissent, mais pas le temps respirer, les premières notes de "The Bay" pénètrent déjà nos oreilles et des confettis recouvrent la fosse. Chaque membre a sur le torse une lampe fixée, qui s’éclaire au rythme de la musique. C’est un peu le cœur de Metronomy qu’on voit donc battre durant "The Bay", et tout le reste du concert. Le bassiste est de loin le plus énergique, et c’est contagieux ! Le public ne tarde pas à frapper des mains, hurler, taper des pieds à en faire trembler le Zénith. Joseph s’essaie au français pour nous annoncer que ce soir est leur plus gros concert. Il nous remercie, et annonce la prochaine chanson : "Heartbreaker". Les succès s’enchaînent : "Corinne", "Everything goes my Way", "The Look", "A Thing for Me"…

Après plus d’une heure de concert, le groupe quitte la scène. Mais le Zénith est bouillant et réclame son rappel avec force ! Metronomy réapparaît, choisit un dernier morceau très doux, comme pour nous ramener doucement sur Terre. Des au revoir qui n’en finissent pas, des musiciens souriants et une foule déjà nostalgique, Paris a bien accueilli Metronomy !

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page