lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Meat Loaf

Meat Loaf

Hell In A Handbasket

Label: Sony Music

SOUTHERN ROCK - Douzième album studio, Meat Loaf livre HELL IN A HANDBASKET produit par Paul Crook (Neverland Express) et l’aide de Rob Cavallo (déjà sur le précédent opus). Cela ressemble plus à un voyage personnel avec un mélange de rock, rap, hip hop et du pur son Southern Rock et country. Attention à ne pas vous perdre en route.

Depuis 40 ans, Meat Loaf a eu l’occasion de démontrer son goût pour les guitares, le piano et les sons oscillants entre le southern rock et quelques belles ballades. Sur HELL IN A HANDBASKET, il entame un voyage plus personnel (malgré quelques faiblesses dans l’écriture) et livre là, probablement, le plus intime de ses douze albums studio. Je dois avouer que l’écoute a été d’une simplicité renversante. Non pas que je n’ai pas aimé, mais, au bout de deux chansons, j’ai trouvé cela routinier. Les productions sont (presque) toutes bonnes, mais honnêtement, ce n’est tout simplement pas "my cup of tea". Toutefois les guitares, le piano et la batterie sur le titre d’ouverture, "Fall From Grace", sont étonnement excellents et le refrain est carrément brillant.

Mais où Meat Loaf m’a surprise, c’est sur son titre "Mad, Mad World / The Good God Is A Woman And She Don’t Like Ugly". Mixer du bon Southern Rock avec un filet de rap (par Chuck D de Public Ennemy ! Une légende) est juste une merveille absolue. Ces deux chansons prouvent la variété de l’album qui est à la fois simple et direct. "All of Me" est le pur exemple du Southern Rock, "Forty Days" pourrait être une production de Neil Young, sans parler de "Live or Die" qui a, sans aucun doute, emprunté ses guitares à Lynyrd Skynyrd et un petit côté country. Toutes les chansons sont puissantes, généreuses, avec des cordes et des chœurs ("Party of One", même si la partie punk est bien peu crédible !) et, soudain, arrive un vibrant "Blue Sky".

 

 

Alors, oui, l’album est dynamique, avec de beaux morceaux (la reprise des Mama’s and Papa’s "California Dreamin" est excellente ; Quel duo avec Patti Russo !), d’autres un peu moins (Another Day, Stand in The Storm), mais, Meat Loaf continue sa voie et ne fait pas dans la demi-mesure (comme d’habitude, je serai tentée d’ajouter).
Alors, cet album ne laisse pas une trace éternelle mais son écoute est suffisamment agréable comme fond sonore… parce que j’ai pu faire plein d’activités différentes en même temps… Heureusement, mon oreille a capté Chuck D, le Southern Rock et "Blue Sky", c’est largement suffisant. 

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page