Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Marcel et son Orchestre

Marcel et son Orchestre

En Interview

INTERVIEW - Marcel et son orchestre a toujours été un groupe de scène avant tout et il le prouve encore une fois. Les joyeux compères n’ont rien perdu de leur intégrité et de leur philosophie "danse/déconne/dénonce". Nous ne sommes pas prêts d’oublier ce groupe exubérant, qui a marqué l’histoire des plus jeunes comme des plus âgés. Toujours logés entre humour et contestation... Entrevue-bilan sans langue de bois avec Franck, alias Mouloud, un des fondateurs du phénomène Marcel et son Orchestre.

Lords of Rock : Ça fait plus de 20 ans que vous existez, un dernier album, une tournée d’adieu… vous vous sentez comment ?

Mouloud : Bien ! On l’a fait cette histoire. Quand on a démarré Marcel et son orchestre, si on m’avait dit "tu vas en prendre pour 20 ans", je n'y aurait jamais cru une seconde. On pensait qu’on allait faire trois concerts et puis disparaître. D’autant que quand tu choisis de t’appeler Marcel et son orchestre tu donnes un peu le bâton pour te faire battre. Parce qu'on a choisi délibérément le nom le plus balochard possible. On était fous des Monty Python, des Marx Brothers, de Jean Yanne, tout cet esprit décalé. L’idée c’était de prendre le nom le plus handicapant possible et de dire "méfiez vous des apparences, l’habit ne fait pas le moine". On est fan de Rock’n’roll, on est fan de tout ça mais on trouvait quand même que le rock n’roll c’était extrêmement conservateur, très très figé. Ils ont érigé des règles il y a bientôt 60 ans ; lunettes noires,  chaussures pointues et on fait la gueule.

Blues Brothers ?

Ouais, et ça n’a pas bougé, c’est complètement dingue. C’est que même aujourd’hui, les groupes qui montent sur scène ont moins d’audace vestimentaire que les agents d’assurance. Et puis ce que je trouve absolument fou aussi c’est que ça n’a rien de rebelle puisque maintenant ils sont tous endorsés par des marques de basket, de fringues, de t-shirt, de jeans, par de la téléphonie mobile. Ce sont des ambassadeurs de la force de vente. Donc nous c’était rigolo de prendre le contre-pied parfait. Donc dans l’absolu c’était un gag…et c’est un gag qu’on fait depuis 20 ans.

A l’origine c’était plus facile ? Vous n’aviez pas la pression des producteurs… ?

On ne l’a toujours pas ! Parce qu’on a choisi d’être indépendants, on est nés avec la scène alternative, on a découvert la Mano, les Satellites, tous ces groupes français, les Sheriff etc… et peut-être qu’on a mystifié cette scène alternative mais peu importe, ça nous a donné l’énergie et le courage de le faire ; de tenter le côté "do it yourself", de se méfier un peu des majors et puis de se dire "on ne va quand même pas commencer à faire des courbettes, on sait le faire ? bah on fait, on verra où ça nous mènera". Quand on ne saura pas, on demandera de l’aide. Et au bout du compte on a pas tant eu besoin de demander de l’aide que ça. C’est bien.

 

 

Et la motivation de votre séparation ? Qu’est-ce qui fait que vous vous êtes dit "on arrête" ?

Ben parce que on l’a fait, encore une fois. Il n'y a pas beaucoup de groupes de rock français qui ont fait 20 ans et j’estime que c’est plutôt drôlement bien. Combien de groupes ont réussi à faire 4 fois la scène principale des Francofolies, 2 fois les Eurockéennes, 2 fois les Vieilles Charrues, au moins trois fois le Solidays ; je ne sais pas combien de tournées françaises, au Québec plusieurs fois, au Nouveau Brunswick, au Sénegal, à la Réunion. C’est super ce qui nous est arrivé, c’est vraiment bien. Après, on  n’a qu’une vie, on a eut-être envie d’essayer d’autres choses tu vois, de trouver d’autres sources d’amusement, de se surprendre maintenant. Il ne s’agit pas que ça devienne une routine non plus, on ne veut pas que ça devienne un bal (petite blague par rapport au bal musette qu’on entend depuis l’autre rive du canal… !?) Après si on a envie de dire les mêmes choses avec Marcel et son orchestre, on est en train de s’apercevoir que ça devient difficile de savoir le dire de la même façon. Voilà. Et donc on est potes, c’est une vraie happy end, et tu vois, après 20 ans il continue à y avoir sous notre nom entre 800 et 1500 spectateurs par ville, ce qui est super. Il y a peu de groupes, même médiatiques, qui réussissent à faire ça donc c’est super. Moi je dis que c’est 100 fois au dessus de ce à quoi on pouvait prétendre, donc c’est cool. Il faut savoir fermer, terminer une histoire.

L’après Marcel, ça va devenir quoi alors ? Des nouvelles collaborations ?

Déjà pendant Marcel, on n’était pas bons pour l’anticipation et tout ça, on a fait cette histoire à la va-vite comme ça vient, on a pas spécialement réfléchi où ça allait nous mener, de quelle façon, si on allait en bouffer, c’était pas la question. Donc on sait qu’on arrive au bord de la falaise, il va falloir se jeter dans le vide…. on verra bien ! Alors on a plus ou moins des idées les uns les autres mais il y en a pour qui c’est plus précis, d’autres pas vraiment. On sait qu’on ne peut pas se laisser porter comme on le faisait à 20 balais, parce qu’on a accepté de faire des gosses et on ne va pas les mettre en grande précarité. Mais en tous cas on sait ce qu’on ne veut pas faire et je pense que pour la plupart on va continuer à faire de la musique, parce que c’est ce qui nous fait vibrer.

Votre oxygène ?

Notre oxygène ouais.

Par rapport à toutes ces années de tournée, de chansons variées, vous retenez quoi de ces 20 ans ? Même plus de 20 ans…

Oh oui, plus de 20 ans, puisque c’est né…

En 1986 c’est ça ?

Ouais le tout début, ça s’est structuré à partir de 1991/1992 parce qu’on représentait la région Nord-pas-de-calais pour le Printemps de Bourges en 1991. Le premier album est de 1996, il y a eu quand même un 4 titres avant en 1995, une cassette mais bon. Ce qu’on doit en retenir, c’est pas à nous de le dire ça. Bah effectivement, l’air de rien on a composé un répertoire, une œuvre de 150 chansons écrites, ça c’est plutôt vraiment bien. Ce qui est rigolo c’est qu’au départ on connaissait 3 accords, il y en a deux qu’on ne jouait pas bien.  Finalement on est devenus des musiciens aguerris, capables de jouer de nombreux styles, et donc ça c’est plutôt assez cool. Après je crois qu’au fur et à mesure, ce qu’on a fait un peu instinctivement dans un plaisir de la déconnade au départ, un peu blague Carambar, ça s’est un petit peu structuré par la suite, c’est à dire prendre conscience que l’humour est une vraie arme. C’est vrai que quand tu commences à piocher un petit peu dans tout ça, tu t’aperçois que c’est terrible, ce sont les clowns qui ont fait les plus grands films anti-fascistes, entre Chaplin, Bennini etc… même Jean Yann dans ses règlements de compte contre la connerie dans "Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil". Moi je crois que l’humour, ce qu’on a pu en retenir c’est de voir que : comment se fait-il, alors que c’est un exercice de haute précision le ressort comique, c’est à dire que tu peux raconter une blague sauf que si tu mets pas la bonne rythmique, pas le bon ton elle fera pas rire ?

 

 

Ca tombe à l’eau…

Voilà, c’est vraiment une mécanique de précision, en termes d’écriture, en termes de musicalité etc. Comment se fait-il que, on est quand même dans un pays où depuis tout ce temps on découvre que pour faire intelligent il faut faire chiant ou maniaco-dépressif. Pourquoi est-ce que l’humour a si mauvaise presse, pourquoi quand tu fais un film comme dit Gotlib ce film n’a pas d’autre prétention que de faire rire, alors qu’elle est énorme la prétention de faire rire. Je ne comprends pas que les barrières n’aient pas bougé.

L’humour est censuré aussi ? De plus en plus ?

Bah non, l’humour potache a le droit de s’exprimer, les Florence Foresti tout ça, ça a le droit. Je considère qu’il y a les détenteurs du bon goût, de la pensée unique, c’est un peu les mêmes en général, qui ont défini des canons esthétiques et en général ce qu’ils ne maîtrisent pas, ils le méprisent. Voilà. Ou ce qu’ils ne contrôlent pas ils le méprisent. Je crois que je suis assez halluciné de voir comment la presse spécialisée, les Rock & Folk, les Inrocks, n’ont pas bougé d’un millimètre. C’est à dire qu'ils considèrent, parce que John Lennon a dit "les français sont bons pour le vin, la chanson…" Donc comme John Lennon l’a dit ça serait une vérité, une règle. Et donc ils considèrent qu'en France au mieux, soyons des pâles copies de nos frères anglo-saxons mais n’essayons pas de composer, de créer. Donc ils considèrent que si tu fais en Français, il faut faire de la chanson, mais si tu veux faire du rock il faut être anglophone. C’est complètement une connerie. Il y a ça déjà, ils ne savent pas où nous ranger, ils ne savent pas si c’est du lard ou du cochon.

C’est vrai qu’aujourd’hui on a besoin de classifier les choses…

Atrocement, ouais voilà ça rassure. Dans l’absolu on s’en tape complètement. Après, si, ce qui a changé, ce que j’en retiens c’est qu'avec cette image alternative il y a quand même eu des associations qui se sont crées, il y a quand même eu des radios indépendantes, des fanzines indépendants mais malheureusement il n'y en a plus, c’est à dire que la plupart des gamins aujourd’hui se disent "tiens est-ce que j’ai une combine ?", ils parlent de monnaie, d’argent, tu vois. "J’ai trouvé un petit truc pour réseauter", tout de suite ils créent un site internet, ils voient si il peut y avoir suffisamment de connexions pour y poster de la pub et y faire de l’argent. Donc il n'y a absolument pas cet esprit alternatif aujourd’hui. Je trouve ça un peu désastreux. C’est à dire qu’on n’est pas animé de passion, on est animé de combines. Il y a quelque chose de très pragmatique qui me déplaît. Donc du coup tu t’aperçois qu’aujourd’hui un artiste a la visibilité qu’il a les moyens de s’acheter, il a la popularité qu’il a les moyens de s’acheter. On est donc dans une histoire de résultats. Au départ tu vois les seuls qui me posaient des questions "Combien avez-vous vendu d’albums ?" c'était Le Point ou l’Express. Et après même des trucs rock’n’roll ou punk te posent ces questions là. Tu te dis "t’as fait ta formation où quoi ?". Tu te dis "mais qu’est-ce qui t’anime concrètement, dans ces conditions ?" si c’est la culture du résultat, le plus grand disque enregistré en France c’est la danse des canards, en termes de vente et de popularité. C’est ridicule. Et ce que j’en retiens c’est ça, moi j’appartiens à la Ligue 2, à la deuxième division, j’ai jamais prétendu être Cabrel, ça a toujours existé le show bizz, il y a des choses que j’adore, je suis fan de Joe Dassin, Souchon, j’ai pas de problèmes avec ça, sauf que j’étais très bien dans la Ligue 2, il y avait les réseaux, il y avait tout pour et malheureusement ça n’existe plus. C’est à dire qu’aujourd’hui il faut être médiatique. Le problème c’est que tu regardes par exemple que les majors il y a 2 ans ils ont sorti 150 disques, les multinationales en France. Les indépendants 3500 disques. Et dans les 150 y en a 30 à qui les majors donnent les moyens de s’acheter la visibilité. Le problème c’est que les tarifs, que tu sois indépendant ou major, ce sont les mêmes. Tu vas installer ton disque en FNAC, un petit bout de carton au dessus de ton truc c’est négocié 90€ hors taxe le carton. Un quart de page dans un magazine ça se négocie 950 €. T’as acheté 10 quarts de page t’as flambé 10 000 €. Personne ne sait que t’as fait un disque. Nous on partait en tant qu’indépendants avec un budget qui est pour nous conséquent comme 40 000 €, mais c’est insignifiant. Donc ce que je vois aujourd’hui c’est que, comme tout doit passer par le même tuyaux, on n’a pas tous les moyens de s’acheter du haut débit.

 

 

A l’époque vous avez un peu surfé sur la vague Ska, le festif… C’est toute la période Ruda Salska etc, ça marchait à l’époque.

Moi tu sais c’est toujours le problème avec les étiquettes, on te pose une étiquette et tu es définitivement considéré comme ça. Est-ce que on a définitivement collé à David Bowie l’étiquette glam rock ou Ziggy Stardust ? David Bowie c’est David Bowie… et donc Marcel et son orchestre on a composé comme un groupe comme Madness, ils ont composé 5 ska dans leur carrière, c’est un groupe de pop, avec des chef d’œuvre en pop. Donc c’est pas moi qui ait fait qu’on considère qu’on appartient à cette époque là. Moi j’appartient à l’époque 2012 aujourd’hui, j’ai appartenu à l’époque 1996 parce que j’étais là en 96, je ne me pose pas ces questions en ces termes. Donc après on a toujours été dans le côté "danse/déconne/dénonce" et puis moi je veux qu’on me réponde à la question "que doit être un spectacle si c’est pas un moment festif ?". Ca doit être quoi ? Un moment dubitatif ? Introspectif ? C’est à dire que, comme dit Henri Tachan ; faut pas péter plus haut que son refrain. Quand tu montes sur scène tu proposes du divertissement, le mec qui monte sur scène parce qu’il a la prétention de pondre un manifeste en 2 minutes 30 c’est un imposteur, et un dangereux imposteur. Pierre Perret il est tout à fait capable d’être terriblement bouleversant, on ne va pas retenir, je l’espère, de Pierre Perret que "Le zizi". J’espère qu’on va retenir des sublimes textes comme celui d’"Alice", comme "Mon P’tit Loup" etc… Après pour retenir des choses de Marcel et son orchestre, faut se donner la peine d’écouter Marcel et son orchestre. Et après tu sais de quoi on a parlé.

Et votre relation avec le public, est-ce qu’elle a évolué par rapport à l’annonce de la tournée d’adieu ?

Moi je ne sais pas ce que c’est le public, c’est à dire que le public c’est une réunion unique de personnes qui viennent d’horizons différents avec des motivations complètement différentes. Donc il faut aller voir une personne et lui dire toi est-ce que tu es ici depuis un moment… Je n'ai pas fait d’études d’opinion là dessus, je ne sais pas le dire.

Mais est-ce que le public est toujours aussi festif ?

J’ai l’impression que quand tu vas à un concert de Rock’n’roll ou de Motörhead c’est parce que tu as envie de taper du pied comme ça. Quand tu vas écouter Chostakovitch c’est parce que tu as envie d’être posé. Donc quelque part tu te mets dans cette disposition d’esprit, du coup effectivement quand ils viennent dans un concert de Marcel, ils savent qu’on va leur donner la possibilité de sortir du cadre, de sortir du rang. C’est un carnaval itinérant, le carnaval c’est un exutoire.

Donc à priori pas de changements ?

Non je pense pas, je suis même étonné de voir l’enthousiasme que ça soulève encore et ça me fait drôlement plaisir. Je trouve qu’on a gardé une fraîcheur comme ça et c’est plutôt cool. Après tu vois c’est marrant, effectivement tu n'écris pas à 17 ans comme tu écris à 45. J’aime continuer à écrire des grosses farces, des déconnades, et en même temps des trucs bien  plus poétiques si j’ose dire comme "Cerf-volant", ou "Fuite de fantaisie". C’est ce côté multiple, ou alors des trucs sur l’économie comme dans le 2e album il y a eu "Si ça rapporte, "Nous n’avons plus les moyens", ou "Le chômage", ou "Normal man", l’air de rien…

C’est vrai que dans tous vos albums il y a toujours eu cet esprit déconne et le côté un petit peu plus sérieux.

Oui, je ne sais pas si on ne peut pas comparer à Didier Super, mais ce n’est pas facile à mon sens pour moi de faire rire avec des valeurs. Quand tu la joues "rien à foutre de rien", le cynisme etc… Tu peux jouer sur ce que tu crois encore être des tabous, si il en existe encore. Si, si il y a des tabous aujourd’hui c’est dire l’islam est merdique, et pourquoi pas. On a pu le dire du pape, la religion catholique etc… Il y a un vrai tabou, c’est à dire que cette égalité de traitement au niveau de l’humour on ne se le permet pas. Ça ça serait intéressant, j’aimerais bien ça, c’est à dire que ouais, il n' y a pas de raisons. C’est à dire que qui aime bien châtie bien, sans liberté de blâmer il n’y a pas d’éloge flatteur. Et là il pourrait y avoir un tabou intéressant à lever un peu sur l’humour. Marcel ça serait la grande aventure de Monsieur et Madame nous tous avec les difficultés qu’on a pour garder la tête hors de l’eau. Et néanmoins ce côté rire à la gueule de nos peurs, c’est de la comédie donc ça finit bien quand même, c’est un pays où les gentils gagnent. Et puis comme dans Guignol, comme dans toute la tradition de la comédie, on est content que le plaisantin triomphe de l’autorité.

 

 

Par rapport à l’écriture du dernier album, quand vous l’avez composé, est-ce que vous vous doutiez que c’était le dernier ?

Non on ne le savait pas. Quand on a commencé non. Mais par contre effectivement on a eu plus de difficultés à le faire, c’est ce que je disais tout à l’heure. Parce que effectivement il y a énormément de matière, je pense qu’on avait de la matière pour faire 60 chansons facilement. Mais on avait du mal à les boucler, pour des histoires d’arrangement, pour des histoires de traitement aussi, pour savoir quelle couleur musicale on leur donnait. Et donc on avait des engueulades ou des points d’incompréhension sur des choses où il n'y avait pas nature à en avoir. Je n'arrêtais pas de répéter qu’il n'y a pas de sujet rigolo, ça n’existe pas un sujet rigolo. Si, le mec qui marche sur une peau de banane, mais ça peut aussi être dramatique. Si c’est une vieille qui se casse le bassin, c’est pas si drôle. Après c’est la façon dont tu vas le traiter qui va faire que le sujet est grave ou rigolo, c’est le traitement qui va lui donner sa dimension comique. Pour le répéter, il y avait des malentendus là dessus, en cours de route on s’est dit "ohlala si ça devient chiant, les gars passons à autre chose". On l’a fait peut-être qu’on y arrive plus. C’est comme un couple, un moment on s’est aimés très fort, ça marchait, on peut continuer à s’aimer mais c’est plus la même chose, on ne s’enthousiasme plus pareil. Donc c’est bien de se dire "on s’est aimés comme on se quitte" (il le chante).

Et avec l’annonce de ce dernier album, la fin de Marcel et son orchestre, vous avez fait plus de ventes ?

J’e n'en sais rien.

Tant qu’on s’éclate à écouter vos albums, c’est tout ce qui importe ?

Voilà, honnêtement, on ne s’est jamais posé la question en termes de résultats. Effectivement on est contents, Marcel m’a permis de voyager, on a gagné de l’argent, c’est la cerise sur le gâteau et c’est tant mieux. Maintenant je suis incapable de te dire où on en est dans les ventes, je suis sur la route, je profite, je vis l’histoire.

Il y a plus de messages de sympathie peut-être ?

Oui, il y a un vrai attachement au groupe ça c’est clair, y a plein de concerts qui se terminent avec une sorte de standing ovation : "Merci Marcel, Merci Marcel". Ca nous touche terriblement, bien sur. Là on joue les 14 et 15 décembre à l’aéro (aéronef à Lille, ndr), on a ouvert le 15 c’est complet, le 14 on est en joute encore. Donc effectivement c’est un groupe étonnant. Les papiers qu’il y a eu en presse nationale sur le groupe ça a toujours été sur le phénomène. Ils viennent nous parler de la séparation. Maintenant ce qu’on raconte dans les chansons, il y en a plein qui n'ont pas spécialement cherché à voir. Il y en a même plein qui considèrent encore qu’on a pas dépassé les frontières du Nord-pas -de-Calais. Tu ne peux pas transformer un paresseux en quelqu’un de volontaire du jour au lendemain, c’est dommage qu’il soit à cette place là c’est tout.

Est-ce que vous avez gardé des contacts avec les anciens de Marcel et son orchestre ?

Bien sur il y a Jean-Jean qui était là hier soir par exemple.

Justement, est-ce qu’ils collaborent, ils participent sur scène ? Est-ce que vous avez prévu ce genre de chose ? 

A mon avis ils seront là à l’Aéro, pour la dernière date, on est en train de voir comment on travaille…

Pour le grand finish ?

Ouais voilà, comment on travaille là dessus.

C’est la date à ne pas louper alors, mais c’est complet ?

Le 15 c’est complet oui, et le 14 on vient d’ouvrir.

Alors peut-être un 16 ? ou un 13 ?

Pas un 16, 13 à la rigueur… On est avec la famille. Il y aura Les Fils de Teuhpu qui vont être là, il y a Gari, parce que j’ai écrit une chanson pour Gari Grèu le chanteur de Massilia Sound System et il vient de sortir un album solo. Il a demandé à Magyd Cherfi de Zebda, à Claude Sicre de Fabulous Trobadors d’écrire, puis il m’a demandé d’écrire des chansons, on est potes quoi. Il y a une sorte de vraie affinité Nord-Sud et donc je lui ai écrit une chanson de l’album. Et puis plein de surprises, il y a des copains de l’équipe de Charlie Hebdo par exemple.

Ca va être un beau final du coup !

J’espère !

 

 

Et si vous ne deviez retenir qu’une seule chanson sur toute la carrière ?

J’en sais rien. Parce que c’est un ensemble. Tu te dis, c’est celle-ci plus celle-ci plus celle-ci. Une chanson c’est un tout petit éclairage. Évidemment tu te racontes dans tes chansons mais c’est toujours incomplet. C’est à dire que je peux additionner "Blasphème", avec "Cerf-volant" avec "Nous n’avons plus les moyens", j’en sais rien. Et pis des grosses bêtises que j’adore. Encore une fois je ne peux pas dire, on revendique le droit à être multiple et retenir qu’une chanson, c’est pas cohérent.

Est-ce que vous avez prévu un CD/DVD live sur cette tournée ?

Je sais qu’il y aura une captation, est-ce qu’on va en faire, est-ce qu’on aura l’énergie et les outils pour la commercialiser c’est autre chose, je ne sais pas. Un moment tu t’aperçois que c’est bien joli mais derrière t’as plus d’actualité donc tu vas mettre ça en place et c’est toute une énergie pour gérer ça, pour gérer les retours, la mise en place. J’en sais rien. C’est à dire que faire des chansons, les jouer c’est super bien. Tout ce travail de faire savoir c’est ça aussi qui est démotivant, nous on a pas fait BTS force de vente, j’ai le sentiment qu’aujourd’hui tu peux être musicien mais d’abord tu dois passer 6h par jour sur les réseaux sociaux, dire j’existe, je crie plus fort que toi, c’est pas notre job, je déteste et je suis inapte à faire ça et je refuse d’apprendre. Fait chier !

Vous avez toujours fait autrement donc pourquoi pas continuer comme ça…

Ouais voilà. A la limite je préfère mettre des infos à la craie sur des bouts de trottoirs. C’est stupide de penser que tout peut passer par le même tuyau et c’est dangereux, parce qu’il y a 3 opérateurs qui jouent les garde barrière et c’est eux qui deviennent milliardaires et c’est eux qui autorisent… C’est complètement dingue. C’est à dire que tu donnes 20 euros par mois à l’opérateur et c’est lui qui t’offre le parc d’attraction et il a crée quoi lui ? Il a délimité un périmètre et il a le droit d’être milliardaire ? C’est pathétique.

Tu vois, par exemple en février 2011 sur Deezer y a 38 000 personnes qui écoutent un titre de Marcel et son Orchestre, Deezer a reversé 10€40. Moi je ne fais pas de mendicité, à un moment tu dis "moi je fais volontiers des cadeaux je veux pouvoir décider quand et à qui je les fait et je ne veux pas être insulté".

Mais c’est souvent par ce biais là que ça marche, sur Youtube c’est le nombre de vues qui importe, c’est ce que les gens regardent en premier.

Mais oui, et à un moment c’est très dangereux ce principe de licence globale, parce que c’est obligatoirement U2, Madonna et compagnie qui potentiellement seront les plus diffusés  donc vont en gagner le plus. C’est un système de riches pour les riches. Là il y avait des économies de niches. Quand je te dis la ligue 2 ou la ligue 3, un jazzman qui vendait 8 000 disques pouvait vivre, maintenant un jazzman qui fait 8 000 connexions ne peut pas vivre.

Il y a plus d’alternatives à ce système là…

Voilà, le problème c'est que tuer les économies de niches comme ça, c’est véritablement passer par un écrémage absolument dangereux. Il ne restera que dans la catégorie reggae 5 ou 6 références, 5 ou 6 références dans la catégorie hip-hop etc. C’est pervers.

C’est sélectif, pervers et élitiste.

Oui oui, et élitiste de rien du tout en plus. C’est de la pensée paresseuse, c’est dangereux.

 

A tout à l’heure pour le Concert !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page