samedi , 17 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Magnum

Magnum

Escape From The Shadow Garden

Label: SPV / Musikvertrieb

ROCK PROGRESSIF - 14ème album du groupe britannique Magnum, Escape from the Shadow-Garden nous emmène dans les méandres du rock progressif.

Petite bio express :  Tony Clarkin – guitars, Bob Catley – vocals, Mark Stanway – keyboards, Al Barrow – bass et backing vocals et Harry James – drums composent ce groupe mythique des années 1978. Seuls le guitariste et le chanteur sont là depuis le début de l’aventure.

Magnum s’est fait connaître du public avec l’album KINGDOM OF MADNESS, puis de façon plus ou moins régulière d’autres suivront avec des changements de musiciens. Puis en 2012 après la parution de leur album ON THE 13TH DAY, Tony Clarkin  lassé des productions et labels qui lui réclament sans arrêt de nouvelles chansons pousse son coup de gueule dans la presse en dénonçant vertement les pressions exercées sur le monde musical et rejoint SVP label allemand indépendant qui lui permet de peaufiner enfin son dernier bébé.

11 titres figurent sur le CD, tous composés par ce talentueux guitariste qui a su exploiter les performances de son chanteur. Très mélodiques, les morceaux s’alternent à part égales entre ballades (Unwritten Sacrifice, Midnight Sacrifice ou Don’t fall asleep) et riffs plus costauds notamment dans le très bon "Live’til you die" 1er morceau du CD qui envoie la couleur, "Too Many Clowns" ou l’excellent "Burning River".

Les backing vocals sont assurés par le bassiste et s’accordent à la voix éraillée de vieux rocker de Bob Catley. Les solos de guitare sont soignés et mélodieux, les claviers amènent une atmosphère qui permet de souder le tout. Un seul bémol pourtant, le batteur est vraiment trop carré et on regrette qu’il n’ait pas fait preuve d’un peu plus de fantaisie.

Parlons son et mix : l’album a été mixé et enregistré en Angleterre par une femme, Sheena Sear ! Eh oui vous avez bien lu. Le Madhat studio à Coven peut se targuer d’avoir une nana au mixage et elle fait ça plutôt bien. La balance entre les instruments est parfaite et l’écoute de ce CD passe sur n’importe quel support, chapeau bas !

En résumé, un 14ème opus, plein d’inspiration, à déguster au casque pour en saisir toutes les subtilités.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page