dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Madjive

Madjive

A La Royale

Label : Eclectic Music & Maximise Records 2013

ROCK - En général le plus dur est de confirmer. Quelques groupes arrivent à surprendre le temps d’un album, puis se cassent la gueule sur le second. Madjive pariait donc gros, surtout si peu de temps après l’éclosion de “Ready To Made Rock” (premier opus ô combien réussi !).

Il faut le dire clairement, Madjive fait partie des quelques OVNIs musicaux français. Leur but est clair : remuer le cul de n’importe quel quidam grâce à leur musique. En mélangeant punk, rock et garage, ils ne pouvaient trouver mixture plus efficace.

Tout commence avec “Opening”, une entrée en matière courte mais déjà volcanique, le chanteur se chauffe la voix en braillant un grand “yeah !”. “Sloth” démarre et là les quatre garçons calment tout le monde. “Ready Made Rock” n’était pas un coup de bol. Riffs explosifs et couillus, cymbales fracassées, on s’imaginerait presque un morceau des Lords Of Altamont !

Tout va à plein badin et les morceaux n’excédant que très rarement les trois minutes, on n’a pas le temps de s’emmerder. Sur “Strike Again”, on s’imagine les doubistes dans un garage crasseux, le bordel repoussé sur les côtés le temps de se vider les poumons et de remuer dans tous les sens. Sur “Rock’n’Roll Diva”, Seb s’égosille à la fin de chaque refrain, puis finit par s’éclater les cordes vocales sur le finish. En voilà du rock brut de décoffrage. Le morceau “Sweep It” sonne très suédois, on est proche de “Here We Go Again” des Hives. Avec “Jimmy” le groupe expose une fois encore son côté “Mad” en envoyant dans tous les sens, tout en défendant le côté “Jive” puisque vous ne pourrez pas vous empêcher de vous bouger les guiboles et ce dès les premières secondes.

Mais Madjive ne se résume pas qu’à ça, la guitare laisse un peu plus de place à la basse sur “Youth Express” ou encore “Don’t Be So Shy” pour finalement apporter une pointe de calme dans toute cette folie enragée. Pour la déconne, les francs-comtois reprennent sur la fin de l’album la chanson “Venus”, initialement chantée par Shoking Blue, puis remaniée par Bananarama.

A LA ROYALE allie simplisme et rock bougrement bien foutu, et la volonté du groupe d’écrire des morceaux dénués d’engagement enlève l’image “rebelle/bad boy” véhiculée en général par le punk. Alors c’est sûr les garçons de Madjive ne redéfinissent pas l’histoire du rock, mais il faudra certainement compter sur eux pour la marquer.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page