Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Lordi

Lordi

Deadache

Sony BMG


Rappelez-vous de ce fameux concours de  l’Eurovision 2006. Ce concours récompensant en général des ballades niaises de chanteurs venus des pays de l’Est avait révélé un groupe « atypique », Lordi avec son hymne parfaitement kitsch et hardrock des 80’s "Hardrock Hallelujah". Atypique oui, car les membres du groupe sont tout simplement, souvenez-vous, déguisés en infâmes monstres. Si le groupe avait choqué l’église, vos grands-parents et surtout Michel Drucker qui avait tout de même déclaré: « Éloignez les enfants du poste, ils vont faire des cauchemars. J’imaginais pas les Lapons comme ça. Ils seront au zoo de Vincennes à la rentrée. » ou encore « Ce show fabuleux qui va être remporté par … du hardrock. (rires) Je vais le faire écouter à ma chienne, qui va devenir dingue », ils avaient surtout fait rire et fait plaisir à tous les fans de rock. Même si la qualité de leur musique reste anecdotique, leur victoire dans une émission réservée à la variouse douteuse avait soulevé une vague d’enthousiaste et de curiosité autour de ce groupe scandinave. Mené par le grand méchant M. Lordi, le groupe qui mêle avec subtilité les films d’horreur et le concept de Kiss en est déjà à son cinquième album avec DEADACHE. Car, oui Lordi, c’est un groupe de hardrock et pas juste une blague montée pour remporter l’Eurovision (ah bon?). Après, la question qui peut nous venir à l’esprit est sans doute: était-ce vraiment un choix judicieux de continuer à faire de la musique?

La réponse est très simple… Non.

Le disque s’ouvre avec une intro nous faisant penser à « l’Etrange Noël de M. Jack » qui est suivi du très drôle "Girls Go Chopping" avec ses orgues mortuaires et le solo de la très sympathique momie du groupe, Amen. Le reste de l’album est un mélange de ballades pour gothiques de 12 ans et de hits pour motards roulant en Vespa. En ce qui concerne le single de l’album, la chanson "Bite It Like A Bulldog" n’est malheureusement pas le nouvel hymne hardrock beauf’ tant attendu… A noter l’interlude "The Rebirth Of The Countess" qui a le mérite d’être en français et de nous raconter l’histoire d’une comtesse transformée en monstre et ramenée à la vie pour se venger de son amant. Que de frissons… S’en suit le titre le plus efficace de l’album "Raise Hell In Heaven" qui a le mérite de faire légèrement taper du pied en pensant à la bonne époque d’Alice Cooper.

Lordi est donc un des ces groupes ou artistes dont le succès ne pourra jamais vraiment être expliqué de manière précise comme Mylène Farmer, Scorpion ou encore les Backstreet Boys. De plus, le film Spinal Tap était censé être une leçon ou un exemple de ce qu’il ne faut pas faire en musique et plus précisément en hardrock et il semble de toute évidence que nos chers amis de Lordi ne l’ont pas vu. Les monstres venus de Finlande nous font donc plus rire que peur avec leur dernier opus DEADACHE et nous démontrent que le ridicule ne tue pas, même si on joue une soupe musicale déguisés en monstres… HardrockHallelujah!


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page