mercredi , 21 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Les Ogres de Barback

Les Ogres de Barback

Comment Je Suis Devenu Voyageur

Label: Irfan / Disques Office

CHANSON - Avec sa lourde et conséquente discographie, les Ogres de Barback sont devenus plus qu’un groupe en France. On savait que c’était une famille, c’est quasiment une institution… cela fait maintenant plus de 15 ans que la fratrie joue ensemble. Ils reviennent avec un 12ème album qui comme d’habitude est plus qu’un disque… Le graphisme de l’objet est naturellement de toute beauté.

Les Ogres de Barback, que tout bon festivalier a vu au moins quelques fois en live, est un groupe qu’on ne peut qu’apprécier. C’est presque énervant…. Des gens tellement sympas et simples, qui ne se prennent pas la tête, qui passent d’un instrument à l’autre comme si de rien était, qui ont l’air de bien s’entendre en famille et qui arrivent encore à pondre des chansons qui nous touchent ! Non mais STOP, on va finir par les détester, tellement ils sont parfaits ! Bon, le dernier opus qui nous intéresse n’est pas parfait du début à la fin (quoi que…), ouf, mais quand même, il y a d’excellentes chansons. Prenez par exemple "Entre Tes Saints", qui, vous l’aurez deviné, est un peu coquine sur les bords, mais tellement bien écrite… Mélodie, musicalité, humour, tout y est. Et "Marcelle de Sarcelles" ? Un titre dansant et burlesque… tout ce qu'on aime.

 

Avec un titre comme COMMENT JE SUIS DEVENU VOYOGEUR vous pensez bien que les Ogres ne vont pas se limiter au french cancan… On connaît bien leur attirance pour les sonorités balkaniques, voilà que l’horizon s’ouvre encore plus. "Je ne Suis pas Courageux" pourrait plutôt nous plonger en Afrique. En 7ème plage on retrouve un des meilleurs titres de l’album avec "Elle Fait du Zèle". Fredo nous dégoûte toujours avec son élocution rapide et parfaite. Les presque 13 mini couplets se termine par la phrase « (C’) est un concept bourgeois ». Du coup, à la première écoute se titre se démarque vraiment du reste.

 

 

La seconde partie du disque est tout autant percutante. Elle invite au voyage et on y trouve quelques bijoux. Il y a l’oriental "Petite Fleur" dont la musique a été composée par Akli D. "J’m’élance Donc je fuis", deux titres en un, qui sont aussi très influencés par le voyage, par les peuples de l’est. Gavrish Borki chante en rom et les Ogres l’accompagnent à merveille. Un très beau texte sur les mariages arrangés (Cœur Arrangé) et enfin l’extraordinaire "Le Daron" qui raconte les pérégrinations d’un père absent, marginal, fauché et fêtard, sur une musique entraînante. Mythique !

 

Les Ogres de Barback ne se foutent jamais de la gueule de leur public avec des albums complets (16 titres en l’occurrence), sans remplissage, soignés au niveau du graphisme et que l’on peut écouter en boucle. Pour aller écouter ces nouveaux titres en live, notons qu’ils seront en fin de semaine au Corbak Festival. C’est noté.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page