lundi , 24 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Lacuna Coil

Lacuna Coil

Dark Adrenaline

Label: Century Media Records

METAL ALTERNATIF - Seringues, perfusions et ampoules d'adrénaline. Voici le visage du dernier album de Lacuna Coil, DARK ADRENALINE. Et il faut dire que cet univers leur colle mieux que jamais à la peau !

Lacuna Coil nous a fait saliver (dégueuler pour les plus sensibles, ou éclater de rire pour les plus sadiques) en publiant quelques semaines avant la sortie de l'album six teasers des mini-films qui l'accompagnent, se mettant eux-mêmes en scène et dévoilant des extraits musicaux instrumentaux. De quoi mettre l'eau à la bouche. Et c'est à coups de tronçonneuse et d'éclaboussures de sang qu'on se prend ce DARK ADRENALINE en pleine face !

Les morceaux sont percutants, avec une énergie noire qui vous soulève le cœur. Cristina nous envoûte déjà dès le premier morceau, "Trip the Darkness", avec ses « Come to me » et « Follow me » à répétition. J'ai juste envie de répondre : « Oh oui Cristina, j'arrive ! ». On ne se fait pas prier deux fois ! Mais la belle sait se faire désirer, puisque c'est Andrea qui entre en premier. On attend donc avec impatience le moment où il lui passe le micro. Et une fois qu'elle l'a, tous les éléments sont réunis pour satisfaire les Coilers dont je fais partie.

 

 

Les titres s'enchaînent et on ne sait lequel retenir, tellement ils sont bons. Ils se font concurrence ; chacun a du potentiel et aurait pu devenir un single. Je crois que la force de Lacuna Coil provient des voix, bien plus que de la musique en elle-même. Cette alternance voix féminine, voix masculine donne du relief aux chansons et fait qu'on ne s'ennuie pas. L'équilibre est trouvé, et encore une fois, les deux voix se marient parfaitement, notamment sur le refrain de "Against You". Les deux leaders sont au centre, sans pour autant se mettre en avant ou écraser le reste du groupe et le reléguer au rang de simple accompagnateur. De la place est laissée à chacun.

 

On fait un break le temps de "End of Time" et la très belle mise en scène de son vidéo-clip. Puis c'est reparti avec toujours autant de patate sur "I Don't Believe In Tomorrow" – un peu moins rassasiant que les autres titres – et sa scie circulaire en début d'introduction, qui rejoint l'ambiance des mini-films. Vient ensuite l'excellent "Intoxicated", mon coup de cœur. Cristina est bien la seule chanteuse qui ne m'agace pas en gémissant de cette façon ! Le refrain de "Upsidedown" est aussi pas mal dans le genre. "The Army Inside" est un véritable appel à la guerre (intérieure). On chante son refrain et se découvre une âme combattante : on s'engagerait presque par après. Le groupe nous offre ensuite leur version de "Losing My Religion", maintes fois reprise. Ils auraient pu tomber dans une espèce de paraphrase d'autres reprises, mais encore une fois, leur interprétation est très juste et donne au morceau une tout autre dimension. Ils se le sont approprié et l'ont complètement « lacunacoilisé » !

 

Nos Italiens se déchaînent une dernière fois sur "Fire", avant de nous dévoiler une autre facette de leur personnalité musicale. L'album finit sur "My Spirit", une chanson effervescente, dont la longueur est nécessaire pour ce type de chanson conclusive. Elle a quelque chose de religieux, de par son ambiance, son thème (la mort) et son interlude "liturgique" en italien. C'est en fait un accompagnement de l'esprit sur le chemin de la mort. Une transition vers l'au-delà. Un passage intense, chargé de douceur, et encore plus empreint d'émotion lorsqu'on connaît le contexte d'écriture de la chanson : "My Spirit" est dédiée à un ami du groupe décédé l'année précédant la sortie de l'album.

 

 

En écrivant une chronique sur Lacuna Coil et en tant que Coiler converti, je ne pouvais pas ne pas consacrer au moins un paragraphe rien qu'à Cristina Scabbia ! Comment vous dire, Cristina c'est exactement l'image qu'on se fait de l'Italienne : pas très grande, une chevelure noire comme la nuit, un regard de braise, tout cela accompagné d'un tempérament de feu. Une femme au sang chaud qui ne laisse pas indifférent, et surtout qui ne se laisse pas facilement dompter. En même temps, elle n'a pas trop le choix et a plutôt intérêt à savoir se défendre avec les cinq lascars qui l'entourent. Mais Cristina, ce n'est pas seulement un physique, c'est aussi une voix. Elle a quelque chose d'assez particulier. C'est un grain de voix plutôt grave qui permet un chant très bas pour une femme, comme nous le montre la première strophe de "End of Time". Ce qui ne l'empêche pas d'avoir de beaux aigus sur d'autres morceaux. Cristina est le vrai atout de Lacuna Coil !

Mon enthousiasme vous aura fait comprendre que je conseille fortement cet album ! DARK ADRENALINE s'écoute en boucle, et à chaque fois que le disque s'arrête, on redemande une injection volontiers !


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page