dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » King Gizzard and the Lizzard Wizard

King Gizzard and the Lizzard Wizard

Quarters

PSYCHE - Les ptis gars prolifiques de King Gizzard and the Lizzard Wizzard ne s’arrêtent jamais ! Leur dernière production sous acides psychédéliques à peine sortie, ils nous proposent déjà un nouvel EP. 4 titres et un concept particulier. Une nouvelle expérience, le temps d’un dégrisement, plus classe et clean, avant de repartir en virée sous le soleil australien car leur prochain album cocaïné est déjà sur les rails !

Quarters donc…. Littéralement : les quarts, comme 4 parties d’une œuvre qu’ils créent. C’est bien là leur concept, 4 Titres, d’une durée identique : 10 min 40 par morceaux. 10 min ! Donc assez de temps pour développer leurs délires et leur monde dans chacune des nuances que sont les 4 titres de cet EP. Ces titres sont biensur agrémentés des couleurs psyché des 60’s et 70’s. Guitare clean avec Spring Reverb à fond façons Surf Rock, delay et chorus bizarre planants à certains moments. Les grilles alternent entre couplets simples, chantés dans les aigus du chanteur barré de KGLW, et des parties instrumentales très variées. Avec cette durée de morceaux la part belle est laissée aux instruments qui se permettent de construire tranquillement leurs solos, leurs schémas et leurs messages. Certains moments nous envoient même dans l’espace, ou les percussions indiennes viennent rencontrer le groove réverbéré des guitares planantes.

Le concept étant intéressant, le coup de maitre était de le réaliser, surtout à peine 6 mois après leur dernière production et quelques mois avant leur prochaine ! Mais finalement l’aventure s’avère peu rafraichissante. J’ai préféré les découvrir sur I’m in your Mind Fuzz qui est un album absolument bizarre, psyché et énergique que je recommande à tous les afficionados des sixties. Ce Quarters se présente plutôt comme un space cake à déguster tranquillement en attendant la suite. L’esprit tranquille y est trop présent et trop étirer sur des morceaux de plus de 10 minutes. C’est long, trop long. Cela dit, en fin de soirée à consommer des produits que la modération nous interdit de vous conseiller. En pleine redescente et sous la fumée des encens… C’est un EP qui nous prends en douceur et qui nous laisse tranquillement finir la soirée. Bref, les gars, je crois que les acides ont finis leurs effets. On y retourne, et on faut que ça pète ! Nous on attend la suite avec impatience !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page