Kid Bombardos

Avec des membres de 19 à 24 ans, le premier essai des Kid Bombardos, TURNIN’ WRONG évoque la rébellion adolescente. Une voix sympa à la Julian Casablancas. Une formation tout ce qu’il y a de plus classique dans l’indie-rock : deux guitares, une basse et une batterie. Après deux EP prometteurs et beaucoup de concerts, dont les premières parties de Vampire Weekend et des Hushpuppies, voilà que les girondins nous pondent un premier long format.

Classique dans la formation, classique dans les sonorités. Les influences sont non-équivoques. Ce sera Arctic Monkeys et The Strokes. L’originalité fait cruellement défaut à cet opus pourtant pas dénué de qualités. Ils maîtrisent leur style, on se surprend à taper du pied par moments et le public sera sans doute au rendez-vous. Malheureusement, ce qui aurait été novateur en 2000 ne l’est plus en 2011. Difficile donc d’accrocher totalement à ce TURNIN’ WRONG, même s’il tourne moins mal qu’il ne pourrait y prétendre.

 

Check Also

Meshuggah est (in)Immutable

TRASH METAL – Meshuggah produit peu mais de la qualité. Carré comme un emballage Ikea, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.