mercredi , 26 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Imbert Imbert

Imbert Imbert

Sois Mort et Tais toi

Label : L’Autre Distribution / Disques Office

CHANSON FRANCAISE – Pas encore connu du grand public, Imbert Imbert s’impose au fil des albums comme un poète à sa manière. Accompagné de sa contrebasse, il casse les codes et les conventions pour notre plus grand plaisir. Son troisième album est un petit chef-d’œuvre. Chronique.

Un peu anar, foncièrement athée, des traits de poète et de punk, surement fêtard, Mathias Imbert c’est un peu tout ça et il devient Imbert Imbert lorsqu’il endosse son costume de chanteur. Un chanteur engagé qui n’hésite pas à le crier bien fort et qui joue avec les mots de façon très subtile. A part les mots, son outil de travail est la contrebasse, ce qui naturellement impose une ambiance particulière dans les chansons qu’il compose. Après DEBAT DE BOUE (2007) et BOUH (2010), Imbert Imbert revient cette année avec un troisième album au nom sans équivoque, SOIS MORT ET TAIS TOI.

Comme bien souvent, on retrouve les incontournables en début d’album. Le premier titre "A Chaque Battement de mon Cœur" est un morceau assez sombre sur la mort infantile. Il faut savoir qu’avec Imbert Imbert, on est rarement dans des trucs hyper gais. Mais là, pour une entrée en matière, c’est du lourd. N’empêche que le titre vaut vraiment la peine d’être écouté attentivement. Ensuite, c’est le podium réuni sur les trois plages suivantes. "L’Air Con", une déclaration d’amour, belle et si drôle à la fois, qu’on voudrait la déclamer à son amoureuse jour et nuit. Un petit bijou. Ensuite c’est "Sexe, Drogue, et Girolles", un titre sombre (et oui encore) et engagé sur la société qui nous formate. Et, tout en haut du podium, on retrouve le titre éponyme "Sois Mort et tais toi". Rassurez-vous, Imbert Imbert ne vous parle pas directement, mais il s’adresse à son cerveau et trouve des moyens de le mettre un peu en veilleuse. Pour une fois l’ambiance musicale est assez joviale, malgré les paroles tranchantes. En 3-4 titres, l’album est déjà réussi.

La deuxième partie du disque est un peu moins forte. C’est le risque… Mais on trouve quand même quelques titres intéressants. Le très émouvant "Je Te Salue Mamie", un très bel hommage à sa grand-maman. Il y aussi "Beurk (ou le vomi du bon Dieu)" qui est drôle, entrainant, un titre qu’on ne peut pas rater. Citons encore "Belle comme une Pute" qui clôt ce troisième opus de manière très poétique. Le texte est écrit comme un poème, c’est vraiment très beau. Chapeau l’artiste.

Les autres morceaux sont aussi très bien écrits, vous aurez loisir de les apprécier. Il faut peut-être un peu plus de temps pour les apprivoiser. Vous aurez donc compris, ce troisième album est de grande qualité et les amateurs de chanson française risquent bien de se régaler avec.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page