samedi , 22 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Hommage à Lou Reed

Hommage à Lou Reed


ROCK - La nouvelle est tombée hier, dimanche 27 octobre 2013, Lou Reed est mort. C’est le magazine Rolling Stone qui l’annoncé, repris par la presse ainsi que les journaux télévisés. Depuis une transplantation du foie en avril de cette année, la santé du musicien s'est dégradée.

Tout le monde connaissait "Walk on the Wild Side", et sans doute aussi des titres comme "Perfect Day" (avec les chœurs de David Bowie), "Coney Island Baby" ou "Sweet Jane". Des titres qui ont marqué le rock.

A ses débuts avec le Velvet Underground, dans la Factory d’Andy Warhol, il se fait connaitre au coté de John Cale et la chanteuse Nico avec un disque mythique THE VELVET UNDERGROUND & NICO (1967) avec, en pochette, une banane qui a fait le tour du monde. La galette qui contient est tout aussi délicieuse. Tout petit succès dans le milieu underground. L’album suivant n’en obtient guère plus. Il faut dire qu’il contient une longue prise d’improvisation de 17 minutes ! C’est particulier, et ca devient presque lassant. Ben oui, je respecte Lou Reed, mais je ne dirais pas que j’adore tout ce qu’il ait fait. Déjà à ses débuts, il expérimentait volontiers.

Lorsqu’il quitte le groupe en 1971, Lou Reed n’a pas le monde musical à ses pieds. Son premier album solo plus pop est encore souvent mal critiqué de nos jours, alors qu’il était pourtant prometteur. Aucun succès. Arrive alors l’un des rares fans, connu sous le nom de David Bowie, qui lui produit l’album TRANSFORMER (1972). "Walk on the Wild Side", le titre le plus connu de ce disque mythique, fait véritablement de l’ombre à dix autres titres tous aussi excellents. L’enchainement de bons albums lancent sa carrière, avec les très réputés BERLIN (1973)  et le live ROCK N'ROLL ANIMAL. Il y a aussi le METAL MACHINE MUSIC (1975) dont Lou Reed disait « Je ne connais personne qui l’ait écouté en entier, même pas moi ». Réputé inécoutable,  il est considéré comme précurseur de la musique industrielle puis de la Noise.

Hormis le ROCK N'ROLL HEART (1976) ses albums suivants n’auront plus le même succès. Il faudra attendre NEW YORK (1989) pour voir resurgir le géant sur disque. Vient ensuite une collaboration avec John Cale qui donnera le tout aussi bon SONG FOR DRELLA (1990). Une autre collaboration plus curieuse est celle avec Metallica en 2011, pas vraiment apprécié par les fans du groupe de metal.

Bref, vous l’aurez compris, Lou Reed n’a pas toujours flatté son public. Il a souvent « marché du  coté sauvage » de la musique, expérimentant volontiers. Ses déboires avec la drogue et certaines rumeurs sur sa vie privée dans les années 70 ont aussi fait parler de lui. C’est un personnage tout entier, unique, qui a été lui-même, même quand il se plantait complètement. Mais il avait déjà de son vivant son statut de légende du rock, amplement mérité pour certains disques qui restent parmi les plus mythiques de l’histoire du rock.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page