jeudi , 20 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Haight Ashbury

Haight Ashbury

Perhaps

Label: Lime Records

PSYCHEDELIC – On avait été emballé par le premier album, on était plutôt enthousiaste pour le second, qu’en sera-t-il pour cette troisième mouture des Ecossais? Excellente question.

Déçu. Oui, clairement déçu. Pour rappel, l’effet de surprise avait été fortement apprécié sur le premier album HERE IN THE GOLDEN RAYS et certains titres avaient un très gros potentiel. Le deuxième disque THE ASHBURYS toujours dans la même lignée était en dessous, mais comportait toutefois de quoi sauver la baraque. Mais là, avec PERHAPS, les carottes sont cuites. Bien trop cuites. La marmite des Ecossais propose toujours ce folk psychédélique, mais la sauce ne prend plus. On se fait un peu chier à l’écoute de ce disque, soyons honnêtes. Ou alors on décroche, c’est le risque.

Où sont passées ces montées qui nous faisaient vibrer ? Où sont ces mélodies entêtantes qui nous enfumaient le cerveau ? On sait bien que le groupe propose un style bien précis et qu’ils ne se perdent pas en route à vouloir toucher à tout. Mais quand même, varier un minimum au fil des albums, serait sans doute une prise de risque intéressante. La seule différence, c’est que les morceaux baissent en qualité au fil des disques. Pour ce troisième album, dès que les couplets commencent on a un peu l’impression d’écouter 12 fois la même chanson. Allez, on fera exception de "Alibis" et "I Am" qui sortent par moment du chemin tout tracé. On ne va pas non plus lapider les Haight Ashbury sur la place publique, l’album en lui même n’est pas si mauvais. Quelqu’un qui découvre ce groupe et ce disque, trouvera sans doute le style plutôt sympa. C’est la continuité de la discographie qui nous déçoit. Au lieu de sortir des albums chaque année, le groupe devrait prendre le temps de peaufiner ses titres, devrait peut-être étoffer sa musique en studio avec d’autres musiciens.

Haight Ashbury peut s’inspirer de groupe comme Rose Windows qui joue aussi dans le registre « Flower Power » mais qui a une palette de possibilités 10 fois supérieure. Alors certes, les Ecossais sont trois, utilisent moins d’instruments, mais on se pose la question si le public va les suivre encore longtemps à force de sortir des albums identiques.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page