dimanche , 18 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Gruff Rhys

Gruff Rhys

Hotel Shampoo

Label: Ovni Music / Musikvertrieb

POP ROCK Le grand Gruff Rhys (Super Fury Animals), l'enfant terrible de la pop anglaise, revient avec un troisième album en solo qui ferait presque penser à un assagissement. On le dit cramé, cet HOTEL SHAMPOO est pourtant d'une maîtrise sans faille.

Gruff Rhys, les quarante ans entamés, tire derrière lui un passé musical enviable. Leader des Super Fury Animals, tout d'abord. Ce groupe gallois qui a donné certaines de ses lettres de noblesse à la pop, disons, presque expérimentale, y mêlant musique électronique et psychédélisme. Il est ensuite parti en solo, avant de fonder un projet parallèle avec le producteur Boom Bip: Neon Neon. L'une des formations « électro-pop » les plus excitantes de ces dernières années. Et puis le voilà, seul à nouveau, avec HOTEL SHAMPOO. Un nom inspiré par la collection faramineuse de mini-shampoings qu'il aurait accumulé dans les hôtels au fil des tournées.

Et avec cet album, il semblerait que l'expérimentation aurait laissé le pas à l' « easy-listening ». Alors oui, il y a des choses enthousiasmantes tout de même. Tel ce fabuleux "Christopher Columbus", très inspiré, déjanté. L'alliage saxophone de l'espace et sonorités électroniques, cette progression subtile, un léger rythme ska en enchantera plus d'un. On retiendra également "Conservation, conversation", simple mais efficace, même si quelque peu répétitif. Réussi encore "Vitamin K", empli de violon et de saxophone, au refrain accrocheur, à la voix ouatée. Et puis, on mentionnera encore un très joli et personnel "At the heart of love".

 

"Un peu plus d'aventure n'aurait pas été de trop"

 

Sinon, l'enthousiasme n'est pas à son comble. Des balades douces, oui, faciles à écouter mais oh combien ennuyeuses par instants. Pas de quoi bondir de ses souliers, donc. Les ambiances mexicaines, façon mariachi dont le single "Sensations in the dark", en séduiront peut-être certains. Pas tous…

 

D'HOTEL SHAMPOO, on aimera la sobriété, la fragilité, son côté à fleur de peau. On aimera la douceur également, les inspirations façon Beatles, Bowie et Beach Boys. On avouera s'égarer par moments, ressentir une sorte d'appréhension à l'idée de presser à nouveau sur « play ». Un peu plus d'aventure n'aurait pas été de trop.  Car c'est ce qu'on aim(ait?)e chez Gruff Rhys: son absence de feuille de route. Alors oui, il expérimente autre chose avec HOTEL SHAMPOO, mais peut-on vraiment parler d'expérimentation? On attend de l'album qu'il se révèle et, malheureusement, on attend toujours. Néanmoins, Mr. Rhys aura réussi à nous faire voyager, et c'est déjà plus que beaucoup de disques.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page