dimanche , 23 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Gov’t Mule

Gov’t Mule

Mulennium

Label: Provogue


BLUES-ROCK Pas très connu en
Europe ce groupe connaît un certain succès en Amérique. Cet album live est
d’ailleurs un hommage à la musique américaine, du blues au rock n’roll.

Que faisiez-vous le 31 décembre 1999 ? Cette date unique que tout
le monde se rappelle avec le 11 septembre 2001. Bien que ce n’était pas le
changement de millénaire, le passage à l’an 2000 a été l’objet de tous
les fantasmes. Entre bug informatique, fin du monde et entrée dans une ère
futuriste, on ne savait pas trop à quoi s’attendre. De quelle manière avez-vous
célébré cette date ? Devant la Tour
Eiffel ? Sous acide dans une soirée techno ? A la
maison avec des amis et un chapeau pointu sur la tête ? Tant de
possibilités… A un concert ? Si vous lisez ces quelques lignes, vous étiez
peut-être à un concert rock ? Le groupe de Blues-Rock Gov’t Mule a choisi
cette dernière option, ils ont enterré les années 90’s sur scène au Roxy
Théâtre d’Atlanta. Le résultat sort 10 ans après sous la forme d’un triple
album live. Ce groupe est à la base un projet parallèle de certains membres
d’Allman Brothers Band, groupe mythique des 70’s.

Ce triple album live a la particularité de contenir d’avantage de
reprises que de compositions originales du groupe. Cela se comprend parfaitement
si l’on se replace dans le contexte temporel de ce concert. Un spectacle un soir
de réveillon se doit d’être différent qu’un concert le reste de l’année. Remarquez,
ce n’était pas non plus une monstre révolution car le groupe avait déjà
réveillonné une année auparavant dans ce même Roxy Théâtre. Le résultat était
déjà pas mal avec LIVE… WITH A LITTLE HELP FROM OUR FRIENDS.

Après donc 6 morceaux du groupe, les Gov’t Mule font le fameux comte à
rebours et une nouvelle année commence. Un nouveau concert aussi, car les
reprise s’enchainent : “21st Century Schizoid Man” de King Crimson, “We’re
Not Gonna Take It” des Who et un magnifique “Dazed And Confused” de Led Zeppelin.
Ces trois morceaux à la chaîne avec les solos de grattes qui vont avec, ont dû
donner le tournis au public.

Sur le deuxième album, c’est le temps des featuring. Le bluesman Little
Milton arrive sur scène et forcément le répertoire se bluesifie avec quelques
standards et plusieurs de ses propres titres. En fin de disque Audley Freed
alors guitariste des Black Crowes fait son apparition pour la suite des
featuring. Tout d’abord un titre d’Alice Cooper (Is it My Body) et ensuite le
légendaire “Power Of Soul” de Maître Jimi Hendrix. Le second disque se termine
là-dessus, mais ce n’est pas encore la fin du spectacle. Pour un nouvel an, on
a toute la nuit.

Hommage posthume

Sur le troisième et dernier disque, Audley Freed est toujours présent. Les
reprises s’enchaînent avec tout d’abord “Helter Skelter” des Beatles et “Sometimes
Salvation” des Black Crowes. Robert Kearns arrive à son tour pour interpréter “30
Days in the Hole de Humble Pie”. Actuellement il joue avec Lynyrd Skynyrd mais
il y a 10 ans, Kearns était encore avec The Bottles Rockets.

D’autres musiciens arrivent encore sur scènes (Johnny Mosier, Mark Van
Allen) pour les derniers morceaux de ce réveillon. “Out of The Rain” de Tony Joe White, “I Shall Be
Released” de Dylan et enfin “Simple Man” de Lynyrd Skynyrd mettent un point final
à ce triple album et à cette nuit de la St-Sylvestre.

Ce disque s’adressera principalement
aux amoureux de blues rock américain et aux fans du groupe. Sans connaître
particulièrement l’ambiance de Gov’t Mule, l’auditeur peut se raccrocher aux
nombreuses reprises, mais il est difficile de se plonger dans cette atmosphère
particulière. Il n’empêche que cet album est aussi un bel hommage posthume à Allen
Woody, le bassiste du groupe décédé 8 mois après ce concert.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page