vendredi , 16 novembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Frankie Rose

Frankie Rose

Interstellar

Label: Memphis Industries / Musikvertrieb

SYNTH-POP - Frankie Rose ex-Dum Dum Girls et Vivian Girls continue son parcours musical en solitaire et revient avec INTERSTELLAR. Chronique.

Pour son premier album sous le nom de Frankie Rose (précédemment Frankie Rose and the Outs) : INTERSTELLAR, la  chanteuse a misé sur une ambiance planante. Peu de paroles, beaucoup de synthé, écho, et autres sons électroniques, on a parfois l’impression que certains morceaux sortent tout droit des années 80’s, surtout en ce qui concerne "Daylight Sky". Une certaine influence des Cure est perceptible, un genre un peu new wave, synthé pop, plutôt rare de nos jours. En effet, ce genre n’a pas vraiment traversé les décennies. Le titre de l’album est bien choisi, et en écoutant les morceaux, on laisse vite divaguer nos pensées. Mais le problème avec ce genre de musique, c’est que l’impression de déjà vu arrive assez vite. Certains effets sur la voix de Frankie Rose sont utilisés dans presque toutes les chansons, et ainsi, difficile de varier. On pourrait avoir l’impression d’écouter un morceau de plusieurs dizaines de minutes, plutôt que dix titres bien distincts. Pour quelqu’un qui n’est pas fan, difficile de différencier deux chansons !

 

 

Alors bien sûr, certains sortent du lot ! "Night Swim", assez rythmé, donnerait presque envie de se lever. "Moon in my Mind" et "Had we had it" sont aussi à écouter : un départ plus sombre, et une basse vraiment mise en valeur. La boucle est bouclée avec un dernier morceau "The Fall", assez tranquille comme les premières secondes de "Interstellar".

Aucun morceau vraiment plus haut que l’autre, un résultat plutôt platonique. Même si parfois, la  batterie est plus rythmée, ou la basse plus présente, aucune originalité ne vient relever, pimenter l’album. Un coup de cœur néanmoins pour "Pair of Wings", très doux, un sentiment de plénitude en écoutant ce morceau.

Au final, dix chansons, c’est bien. Un titre de plus, et on aurait eu le temps de s’ennuyer (ou s’endormir). On voit mal les foules se déchaîner en concert sur cet album.

 


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page