vendredi , 21 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Fotos

Fotos

Porzellan

Label: Snowhite / Irascible


INDIE La Mannschaft
pratique le plus beau football actuel, Hambourg est une des villes les plus
cool au monde mais est-ce que Fotos est pour autant le meilleur groupe indé au
monde ?

L’Allemagne a actuellement le vent en poupe, la vie y est
pas chère, les grandes villes débordent d’une jeunesse internationale et ont su
préserver toute une scène underground. Ils sont rares les petits romands ou
français à ne pas avoir passé des vacances de pure love à Berlin ou Hambourg. De
même, la musique allemande jouit d’une reconnaissance toute nouvelle. Le
krautrock et la kosmische musik, autrefois connus surtout par de rares initiés,
font aujourd’hui partie des courants incontournables. Si tout le monde se doit
de dire qu’il aime Can ou Kraftwerk, on tombe même sur des disciples de La
Düsseldorf, de Tangerine Dream voir même des apôtres de Klaus Schulze. Mais il
s’agit uniquement de groupes datant des années 60-80. Peux sont les groupes
allemands actuels qui arrivent à traverser les frontières pour atteindre nos oreilles.
Alors, voilà Fotos, rien que parce qu’ils viennent de Hambourg et chantent en
allemand, ça nous intéresse.

Auf Deutsch, bitte

Fotos font une musique très marquée par l’influence
shoegaze, tout en étant indéniablement pop. On pense surtout à My Bloody
Valentine. Ainsi le premier titre « Alles Schreit » commence par plus
d’une minute et demi de brume sonore avant de partir sur un rythme guitare
batterie effréné avec des backing vocals parfaitement étouffés, un tube presque
parfait que vient gâché un solo de guitare pour le moins raté. Si le côté très
pop des chansons peut parfois agacer, la voix très mélancolique du chanteur
leur donne une intensité qui change ce défaut en simplicité bien sentie. On
pointe ici la grande qualité de Fotos : ils font une musique émouvante,
pleine de spleen mais sans prendre de pose affectée. Le groupe étonne par sa
capacité à pondre des chansons mêlant couplets cristallins et refrains-hymnes.
« Porzellan », une fois la barrière de la langue dépassée ou plutôt
grâce à cette barrière, devient un album très agréable avec de véritables tubes
entre énergie punk et mélancolie shoegaze comme « Alles Schreit »,
« Mauer » ou encore « Angst ».


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page