Avec Fiona Daniel, on ne peut s’empêcher de penser à Sophie Hunger. Une jolie Zurichoise et du songwriting au féminin, encore. Peu importe, on ne s'en lasse pas. Aux teintes folk ou jazz, country ou pop, la Suissesse navigue entre les genres. Elle les parcourt en connaisseuse et nous sert un premier album varié : DROWNING. Touchante, sa voix colorée s’adapte aux mélanges et s’accompagne de violoncelles, batterie, basse, banjo, piano, guitare ou même autoharpe. Fiona Daniel pourrait débarquer tout droit de la countryside américaine et pourtant elle nous vient de Zurich, la capitale musicale suisse du moment. Après Sophie Hunger évoquée plus haut, Evelinn Trouble ou les My Heart belongs to Cecilia Winter récemment, voici le nouveau prodige suisse-allemand. Chantant en anglais, elle saura néanmoins réconcilier nos régions. En tout cas, la jeune demoiselle est tombée dedans petite : premier groupe à sept ans. C’est donc sans surprise que ce premier essai dévoile une maturité sans faille. Onze titres se succédent et plongent l'auditeur dans un état semi-conscient. Et le calme étant revenu, la comparaison avec d'autres artistes est oubliée. Fiona Daniel et son DROWNING éblouissent même les plus réticents. A découvrir sur scène au Label Suisse, ce 18 septembre.

Fiona Daniel

POP Avec
Fiona Daniel, on ne peut s’empêcher de penser à Sophie Hunger. Une
jolie Zurichoise et du songwriting au féminin, encore. Peu importe, on
ne s’en lasse pas.

Aux teintes folk ou jazz, country ou pop, la Suissesse navigue entre les genres. Elle les parcourt en connaisseuse et nous sert un premier album varié : DROWNING. Touchante, sa voix colorée s’adapte aux mélanges et s’accompagne de violoncelles, batterie, basse, banjo, piano, guitare ou même autoharpe. Fiona Daniel pourrait débarquer tout droit de la countryside américaine et pourtant elle nous vient de Zurich, la capitale musicale suisse du moment. Après Sophie Hunger évoquée plus haut, Evelinn Trouble ou les My Heart belongs to Cecilia Winter récemment, voici le nouveau prodige suisse-allemand. Chantant en anglais, elle saura néanmoins réconcilier nos régions. En tout cas, la jeune demoiselle est tombée dedans petite : premier groupe à sept ans. C’est donc sans surprise que ce premier essai dévoile une maturité sans faille. Onze titres se succédent et plongent l’auditeur dans un état semi-conscient. Et le calme étant revenu, la comparaison avec d’autres artistes est oubliée. Fiona Daniel et son DROWNING éblouissent même les plus réticents.
A découvrir sur scène au Label Suisse, ce 18 septembre.


About Anthony

:-)

Check Also

Volbeat – Servant of the Mind

Moins de deux après le dernier album, les danois reviennent avec un huitième album. Je …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.