Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Festival Antigel

Festival Antigel

Pari réussi!


Le Festival Antigel
qui s’est tenu dans onze Communes genevoises, du 6 au 20
février, a réussi son pari. La première édition de cette
manifestation sans précédent a trouvé son identité en
associant danse et musique à travers 43 spectacles
disséminés dans 35 lieux. Parmi lesquels des piscines, des
églises, le bureau des automobiles, un centre sportif, un
parking ou un vivarium.


IDENTITE ORIGINALE

Quelque 12 000
spectateurs ont assisté aux 63 représentations proposées à
Bernex,
Carouge,
Collonge-Bellerive, Confignon, Genève,
Hermance, Lancy, Meyrin, Onex, Plan-les-Ouates
et Vernier. Malgré ses dimensions complexes et
coûteuses, le projet d’Antigel a remporté un
vif succès public et critique.

Antigel est particulièrement fier
d’avoir pu défendre son originalité sur une
partie du territoire du canton de Genève à
travers des projets artistiquement forts et
souvent insolites. A l’image de l’emblématique
« Tram Fantôme » pour lequel près de 800
personnes -de tous horizons et toutes
générations confondues – se sont pressés au
coeur du dépôt TPG du Bachet-de-Pesay
habituellement fermé au public. En cinq
escales artistiques au milieu de trams
désossés et murs de béton, les entrailles du
Bachet ont révélé les performances des
danseurs de la Cie Alias, de Julia Cima,
Membros et Mehdi ainsi que les prestations
musicales de Rebeteke et The Legendary
Tigerman. Une expérience aussi étonnante
qu’originale qui a marqué nombre de
spectateurs et a surtout permis de mettre en
valeur la volonté d’Antigel de décloisonner
les disciplines et de miser sur l’itinérance
artistique.

 


 

LOCOMOTIVES FEDERATRICES

Patti Smith et des figures comme
Gonzales, Erik Truffaz, Gisèle Vienne ou Robyn
Orlin ont par ailleurs joué leur rôle de
locomotives fédératrices. Les concerts
subaquatiques de Fennesz et Clark aux Bains de
Cressy ont affiché complet et ravi 250
spectateurs-baigneurs.

 

GEOGRAPHIE INEDITE

Le Festival Antigel souhaite pouvoir investir le
terrain d’autres communes et de nouveaux
espaces originaux pour sa prochaine édition de
février 2012. Le tissu associatif, social et
culturel des périphéries pourrait sans doute
être mieux exploité. Tout comme la mobilité
entre les communes.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page