Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Favez

Favez

En Garde!

Label: Two Gentlemen / Irascible


ROCK Favez, le groupe de rock le plus respecté de
notre bonne vieille Suisse est de retour avec EN GARDE! . Est-ce
que les lausannois vont continuer dans la lignée un peu plus pop de leur
dernier et très bon album BIGGER MOUNTAINs HIGHER FLAGS? Sans aucun
doute… Mais sans oublier l’énergie qu’on leur reconnait en live.

“Tearing Down The Highway” commence
de façon bruitiste l’album, tout en étant très mélodique durant les couplets.
Le piano et l’orgue se font déjà très présents. Continuant de façon plus pop et
acoustique “Living In The Past” est très radiophonique, les fans de
la premières heures seront peut-être déçus, mais il faut bien reconnaitre, que
le songwriting du groupe se fait de plus en plus fins. Un vrai tube. Revenant
vers un son plus rock, “Like The Old Days” est emporté par un basse
entrainante qui manquera pas de faire des heureux en live. Une vraie chanson
couillue qui rappele à tout le monde que si Favez est un des
groupes les plus connus de notre pays c’est parce qu’ils savent comment botter
des culs. La basse grasse et crados d’Yvan Lechef se fait à
nouveau entendre sur “The Heart Of A Cynic”. Une chanson un peu
moins prenante malgré le refrain dans la plus pur tradition des lausannois.
Pour mieux capter l’énergie live du groupe, l’album a été enregistré en direct
dans au Monnow Valley Studio au Pays de Galles, par le producteur Andrew Scheps
(qui a travaillé avec Audioslave, Weezer, U2 et même les Chili Peppers) et
c’est un vrai plaisir d’entendre le groupe comme il sonne en répétition.

Annoncé par un 1,2,3,4 rappelant le bon vieux Dee Dee Ramone “The Kids” est furieusement punk

EN GARDE! se fait un peu plus
intimiste sur les trois prochains morceaux, “Sister Rose” est une
chanson pop conduite par un piano entêtant. Une fois de plus, les refrains sont
calibrés « radio », …. et ce n’est pas un reproche. “Under
The Sun” est une ballade digne des plus grosses pointures du rock US, on
entend même quelque guitare « Lap-Steel », du plus bel effet. Encore
une fois les fans de « From Lausanne Switzerland » seront peut être
déroutés, mais au fond Favez a toujours offert des morceaux un
peu plus « slow » dans leur catalogue, comme tout les bons groupes de
rock devraient savoir le faire. Le premier single “Closet
Astronaut” est frais. Très léger et planant, même « éthéré » comme
le décrit le groupe lui même, cette nouveauté dans le paysage de Favez fait du bien aux oreilles. Le groupe sait encore nous
surprendre.

Le groupe rallume la disto pour “On”. Une rythmique à la Queens Of The Stone Age, un
refrain percutant, une voix toujours précises, des pré-refrains planants, et un
bridge innatendu, vraiment Christian Wicky et son groupe savent comment
composer des chansons efficaces. Un retour à l’énergie bienvenue, sous vos
applaudissements biensur…. vous comprendrez. “Tonight We Ride”
est moins bons que le reste de l’album jusque là. Ouvert par des orgues tout
droit sortis des années 70, une batterie légère et une voix douce, “A
Silent Man” est très différent car teinté de mélancolie. Le solo de Guy Borel est puissant et émouvant, rajoutant à l’ambiance
brutalement triste de ce titre, forcément un des meilleures de EN GARDE!. Annoncé par un 1,2,3,4 rappelant le bon vieux Dee Dee Ramone “The Kids” est furieusement punk. On aurait pu se passer des nappes
de synthés sur le refrain, dommage car ce retour au source était plus que
bienvenue. De plus quand Christian pousse sa voix, elle rappele un peu celle du
blondinet chanteur de Sum 41, aïe….. Comme l’annonce “End The
Show” l’album arrive à sa fin. Accompagné par des arpèges de piano, Christian
pause sa voix doucettement. Une chanson agréable et différente malgré qu’elle
tire un peu en longueur.

Au final, Favez continue son chemin sans
réellement étonner. On retiendra des chansons puissanteS comme “On”, “Tearing Down The Highway” et “Just Like The Old Days”
tout en appréciant les nouveautés comme “Sister Rose”, “Under
The Sun” et le magnifique single “Closet Astronaut”. Le reste
est moins mémorable. Cependant, on est quand même impatient de les revoir sur
scène, car après tout si on aime Favez c’est avant tout pour la
scène.


Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page