Lorsque AC/DC sort un album, cela ne passe pas inaperçu. Dans les journaux, à la TV, dans les magasins, tout le monde en parle. Votre webzine préféré ne pouvait donc pas passer à côté de cet événement planétaire...

AC / DC

Lorsque AC/DC sort un album, cela ne passe pas inaperçu. Dans les journaux, à la TV, dans les magasins, tout le monde en parle. Votre webzine préféré ne pouvait donc pas passer à côté de cet événement planétaire. Faire beaucoup de bruit pour la sortie d’un disque est une chose légitime lorsqu’on en a les moyens, mais cet album vaut-il véritablement la peine de toute l’effusion qu’il y a actuellement ? Ceci est la question à laquelle nous allons tenter de répondre. Analyse.

Il n’y a pas besoin d’écouter longtemps Black Ice pour comprendre qu’AC/DC est de retour dans son registre habituel. Les premières notes de "Rock n’roll Train "nous le font très bien remarquer. Le son d’Angus Young et de sa Gibson est toujours le même, le tempo à 4 temps de Phil Rudd est indémodable et Brian Johnson a toujours sa voix criarde. La recette marche depuis plus de trente ans, on comprend bien pourquoi les Australiens ne vont pas  changer de registre. On peut même dire qu’AC/DC marche mieux que jamais. Les billets de concerts se vendent par milliers à la minute et se rachètent à prix d’or sur internet. Les dérives du succès… AC/DC ratisse tellement large, histoire que M et Mme Toulemonde aient envie d’aller les voir en concert. Il y a vingt-cinq ans, on disait « Planquez vos filles, AC/DC est en ville ce soir » et aujourd’hui on va les voir en famille. AC/DC ne fait plus peur. Les dérives du succès…

Mais revenons quelques instants à ce qui nous intéresse vraiment, à savoir le 15ème album studio du groupe. Bien que la plupart des titres soient dans leur registre traditionnel de Hard Rock, certains sortent du lot et font plaisir à entendre. On retrouve l’ambiance de The Razor’s Edge dans le titre "Anything Goes". Un morceau assez accrocheur, facile d’accès qui risque de faire mouche en concert.  "Rock n’roll Dream" débute de manière très calme, le côté bluesy du groupe ressort. Un riff très basique, mais drôlement efficace pour le couplet apporte de l’ampleur à la chanson. C’est carré, c’est propre. Enfin, dernier titre de l’album "Black Ice" met tout le monde d’accord. On retrouve tout le charme et la méchanceté d’AC/DC réunis dans ce morceau. Là encore, les jeunes et moins jeunes des premiers rangs risquent de se décrocher la nuque.

Cet album mérite-t-il donc toute l’effervescence qu’il y a autour ? Peut-être pas. Mais quoi qu’il en soit, les mecs sont toujours sur scène, la pêche y est et le mythe perdure. Black Ice ne va pas changer et marquer l’histoire du rock n’roll, mais les frères Young n’ont plus rien à prouver et font partie de l’histoire depuis longtemps.

About Author

Check Also

Du live façon cachemire en boucle dans tes oreilles

Vous savez maintenant à quel point j’adore les concerts, je vous emmène avec moi vous …

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

en_USEnglish