mercredi , 19 septembre 2018
Vous êtes ici : Accueil » Chroniques CDs » Discovery

Discovery

LP

XL Recordings


Projet parallèle de membres de Vampire Weekend et Ra Ra Riot, Discovery est-il un simple amusement estival? Notre spécialiste en sons hybrides nous donne quelques pistes.

 

Il y a des genres de musique auxquelles j’adhère très difficilement. Au côté de la country sudiste, un de mes grands démons a toujours été le R’N’B. Un des raisons principales est, à mon sens, qu’il n’existe que deux types de chansons possibles : les morceaux 100% frime du style : « je suis trop bonne, tous les boys sont à mes pieds et font du break-dance et en plus j’ai plein de pognon et un 4×4 jante allu » ou bien les ballades romantiques dégoulinantes, genre : « baby, tu m’as quittés, regarde j’ai le cœur en miettes : je pleure en string sur mon lit king size entouré d’un draps blanc ». Bref, une musique que je pensais directement réservé aux buveurs de Corona et qui ont le cerveaux directement connecté à la machine MTV.

 

Eh bien avec LP de Discovery, je me suis rendu compte de mon erreur. Ce «supergroupe» composé du claviériste de Vampire Weekend Rostam Batmanglij et Wes Miles de Ra Ra Riot, m’a montré que l’on pouvait faire quelque chose de différent. Différent, car tout d’abord parce que l’album ne semble pas avoir été enregistré dans un studio de luxe climatisé de Los Angeles, mais plus traficoté dans un appart pourri du fin fond de Brooklyn. Proche des sonorités 8bit, l’album regorge d’effets et d’arrangements sophistiqués. Les voix sont très travaillées, donnant quelque fois des morceaux dissonants et les pistes oscillent entre mélancolie et bonne humeur. Le groupe ne cache des influences nordiques comme The Knife ou Röyksopp, cela va donc plus loin que le simple pastiche de Kanye West que certains morceaux peuvent donner l’impression à la première écoute (peut-être avec l’usage un peu trop fréquent du vocodeur qui à mon goût rendent certaines pistes plates, notamment sur la reprise des Jackson 5 qui est un véritable massacre.

 

Proche des sonorités 8bit, l’album regorge d’effets et d’arrangements sophistiqués

 

Alors, Discovery? Simple plaisanterie entre ami ou projet d’avenir? Une chose est sûre: avec “Osaka Loop Line” comme hit single, cet album m’a fait combattre un de mes vieux préjugés et ça, c’est déjà pas mal.


Un commentaire

  1. tout s explique…
    Ouais mais tu vois, ca c est pask dans le nom Rostam Batmanglij, y a le mot BATMAN…

    Hez, c-est pas facile d-;crire avec un clavier su;dois}}

    a plus

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Revenir en haut de la page