Dirty Sound Magnet

Voilà maintenant plusieurs mois que j'ai reçu l'album de Dirty Sound Magnet, et je n'ose le chroniquer que maintenant. Non pas parce qu'il ne m'a pas plus, au contraire… A vrai dire, j'ai apprécié WHAT LIES BEHIND dès la première écoute, mais je ne parvenais pas réellement à identifier pour quelle raison.

Si on le considère rapidement, le visuel de l'album paraît assez simpliste. Il est pourtant bien pensé : regardez à travers le trou de serrure et laissez vous embarquer vers de lointains horizons. Dès la première chanson, Dirty Sound Magnet vous fait voyager vers les Etats-Unis. En écoutant cet album, on s'imaginerait bien enfourcher sa Harley Davidson « au fond du désert, cheveux dans le vent » (dixit Marshmallow). "Heavy Hours" pourrait d'ailleurs figurer au milieu de la bande originale de la série Sons Of Anarchy.

WHAT LIES BEHIND commence très fort avec le son prégnant et bien dosé de "Blind Memory". Le parallèle avec l'album éponyme de Slash m'a sauté aux oreilles, plus particulièrement sa collaboration avec Myles Kennedy. Les chansons calmes et énergiques s'enchaînent tout en cohérence. Aux solos de guitare et à la puissance vocale du chanteur s'ajoute la profondeur offerte par la batterie et la basse. "Mr Robert" en plein milieu de l'album, et "Free Castle Town" en guise de conclusion symbolisent une rupture plus apaisante dans cet album.

J'ai d'habitude horreur de catégoriser les choses, mais faire entrer Dirty Sound Magnet dans la case vieux rock'n'roll entre le blues rock et le stoner peut peut-être vous aider à imaginer le genre de sonorités persistantes dans WHAT LIES BEHIND. Si vous appréciez Led Zeppelin, les Rolling Stones ou tout simplement le rock British des années 70, c'est un album qui pourrait vous plaire.

En écoutant Dirty Sound Magnet, on se surprend à remuer la tête en rythme et rien qu'à voir l'ambiance créée à travers cet album, j'ai hâte de voir l’énergie qu'ils peuvent échanger avec leur public lors d'un live. Des dates ne sont prévues qu'en Suisse pour le moment mais leur venue en France est à surveiller. 

About Damien Rodrigues

Check Also

Volbeat – Servant of the Mind

Moins de deux après le dernier album, les danois reviennent avec un huitième album. Je …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.